En cas de pénurie de pétrole

02 mars 2011 14:32; Act: 02.03.2011 16:33 Print

L'Arabie Saoudite peut compenser

L'Arabie Saoudite est capable de compenser tout manque de pétrole sur le marché global relevant des troubles en Libye.

storybild

Avec environ 20% de la production pétrolière mondiale, l'Arabie Saoudite peut faire face aux troubles qui touchent la Libye, ici Brega. (Photo: Reuters)

Une faute?

L'Arabie Saoudite «peut compenser n'importe quel manque. Même si la Libye arrête totalement ses exportations (...) l'Arabie Saoudite peut compenser ou assurer un complément face à la demande en pétrole», a dit M. Tanaki, chef de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), Nobuo Tanaki.

Une révolte populaire contre l'homme fort libyen Mouammar Kadhafi a réellement arrêté la production pétrolière de la Libye, qui se chiffre en temps normal à environ 1,6 million de barils par un jour.

Environ 85% de cette production allaient en Europe, selon AIE.

Plus grand producteur de l'OPEP

L'Arabie Saoudite, le plus grand producteur de l'OPEP, s'était engagée lundi à «assurer la stabilité du marché».

«La situation actuelle est différente de celle de 2008 où le prix (du baril) a atteint 147 dollars, parce que nous disposons de capacités de compensation dans des pays comme l'Arabie Saoudite», a précisé M. Tanaki.

«Nous ne devons pas nous inquiéter outre mesure pour ce qui concerne les approvisionnements», a-t-il ajouté.

Le chef d'AIE a cependant exprimé ses inquiétudes concernant le prix du pétrole, qui tourne autour des 100 dollars/baril (72 euros) sur les marchés déstabilisés par la vague de soulèvements populaires dans les pays producteurs de brut.

«Nous sommes préoccupés par ce qui se passe en Afrique du Nord et le Moyen-Orient. La perspective de coupures rend les marchés très inquiets», a reconnu le chef d'AIE.

M. Tanaki a averti que le rétablissement économique mondial pourrait être gêné -- particulièrement dans des économies émergentes -- si le prix actuel du brut persiste tout au long de 2011.

«Si le prix de 100 dollars persiste jusqu'à la fin de l'année, cela rendra la reprise économique plus difficile, particulièrement pour les économies émergentes», a-t-il dit.

Les cours du pétrole hésitaient mercredi en cours d'échanges européens, en petite hausse à New York mais se repliant à Londres, sur un marché suspendu aux tensions croissantes au Moyen-Orient.

(afp)