Sondage du KOF

04 février 2011 13:29; Act: 04.02.2011 13:38 Print

L'économie suisse reste robuste

Les entreprises suisses continuent de bien se porter, à en croire le dernier sondage du KOF. La croissance de l'économie helvétique s'est poursuivie au 4e trimestre 2010.

Une faute?

Dans l'ensemble, les 7000 entreprises interrogées en janvier prévoient d'augmenter leurs effectifs, a indiqué vendredi le Centre de recherches conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

La production industrielle a progressé au 4e trimestre dans la même mesure que les mois précédents. Les entreprises exportatrices ont pu augmenter leur production plus vigoureusement que celles axées sur le marché intérieur, après la chute subie en 2009. Les entrées et le carnet de commandes n'ont eux affiché qu'une faible hausse.

Parallèlement le taux d'utilisation des capacités techniques a grimpé à 84,8%, légèrement au-dessus de sa moyenne pluriannuelle. La situation des affaires ne s'est toutefois pas améliorée.

Franc fort

La force du franc suisse compromet le potentiel d'écoulement, note le KOF. La position concurrentielle des entreprises s'est dégradée au cours des derniers mois comme jamais depuis la création de l'euro en 1999, rappellent les chercheurs zurichois.

Le commerce de détail a également fait était d'une hausse de la production. La construction, le commerce de gros et le secteur financier ont fait de même mais dans une moindre mesure qu'il y a trois mois. Au final, seule l'hôtellerie-restauration a accusé un recul de ses ventes, tant au niveau de la restauration que du logement.

Hormis l'hôtellerie-restauration, tous les secteurs d'activité prévoient une hausse de la demande dans les trois mois à venir. L'industrie, la construction de même que les secteurs transports/ information/communication se montrent plus confiants que trois mois plus tôt.

Craintes pour l'hôtellerie

Dans le commerce de gros et la finance, la demande devrait poursuivre sa croissance au même niveau que jusqu'à présent. Les bureaux d'études et le commerce de détail tablent en revanche sur un tassement de la demande.

L'hôtellerie-restauration redoute pour sa part un nouveau fléchissement de la demande. Comme les effectifs sont plutôt jugés abondants, une nouvelle réduction de l'emploi est à attendre, selon le KOF.

Dans l'ensemble, les entreprises des divers secteurs prévoient que la situation de leurs affaires va s'améliorer ou en tout cas ne pas se dégrader. Le rythme de la croissance de l'économie suisse devrait toutefois ralentir l'an prochain. Pour mémoire, le KOF table sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,9% pour 2011, contre 2,7% pour 2010.

(ats)