Politique monétaire

17 mars 2011 09:35; Act: 17.03.2011 10:42 Print

La BNS maintient sa politique

Comme attendu, la Banque nationale suisse (BNS) maintient sa politique monétaire expansionniste.

Sur ce sujet
Une faute?

La Banque nationale suisse (BNS) poursuit sa politique monétaire expansionniste mise en place en mars 2009 et maintient son taux directeur inchangé à un bas niveau. La marge de fluctuation du Libor pour les dépôts à trois mois en francs reste dans une fourchette entre 0% et 0,75%, a annoncé jeudi l'Institut d'émission.

La conjoncture mondiale, notamment aux Etats-Unis et en Asie, a évolué à un rythme un peu plus dynamique que ne le supposait encore la BNS en décembre. Au quatrième trimestre 2010, l'économie suisse a elle aussi enregistré une croissance plus forte que prévu, malgré la fermeté persistante du franc suisse. Les attentes positives des entrepreneurs laissent présager, pour les prochains mois, un développement favorable de l'économie, même si la stagnation des exportations de marchandises annonce un certain tassement de la croissance en cours d'année.

En Suisse, la Banque nationale table sur une croissance du PIB d'environ 2% en 2011. Avec le raffermissement de la reprise économique au niveau mondial, les perspectives conjoncturelles se sont certes améliorées en Suisse depuis le dernier trimestre. Néanmoins, la persistance du problème de la dette en Europe et les possibles effets modérateurs, sur la croissance, du prix élevé du pétrole recèlent d'importants risques de dégradation de l'activité. Par ailleurs, il n'est actuellement guère possible d'évaluer les conséquences de la catastrophe résultant du tremblement de terre au Japon. Parallèlement, les tensions géopolitiques, conjuguées à l'augmentation des prix des matières premières et de l'alimentation, ont accru les risques de hausse de l'inflation dans le monde. Certaines données recueillies montrent toutefois que les anticipations inflationnistes restent stables en Suisse.

Prix stables à court terme

La prévision d'inflation conditionnelle pour 2011 indique un renchérissement légèrement plus élevé, dû à l'augmentation du prix du pétrole, au dynamisme accru de l'économie suisse et aux hypothèses plus positives pour l'économie mondiale. A compter du milieu de 2012, la revalorisation du franc, qui s'est déjà produite, aura un impact modérateur. La nouvelle prévision d'inflation est donc identique à celle de décembre. Dans l'hypothèse d'un Libor à trois mois maintenu constant à 0,25% pendant tout l'horizon de prévision, le renchérissement moyen devrait se situer à 0,8% en 2011, à 1,1% en 2012 et à 2% en 2013.

La stabilité des prix est assurée à court terme. Cependant, la partie ascendante de la courbe en 2012 et en 2013 signale que la politique monétaire expansionniste ne pourra pas être poursuivie pendant les trois prochaines années sans menacer la stabilité des prix à plus long terme.

(ats)