Résultats 2010

28 février 2011 08:20; Act: 28.02.2011 13:22 Print

La Banque Coop augmente son bénéfice

La Banque Coop a légèrement augmenté son bénéfice net en 2010, de 1,7% à 72,6 millions de francs, a-t-elle annoncé lundi.

Une faute?

Confrontée à un environnement toujours difficile, la Banque Coop a légèrement accru son bénéfice net en 2010, de 1,7% à 72,6 millions de francs. En tenant compte des coûts liés à la migration de système informatique, le résultat net a bondi de plus d'un tiers à 50,52 millions.

Depuis 2005, l'établissement a constitué des provisions d'un total de 67,5 millions de francs en vue de la migration vers le système informatique Avaloq, laquelle devrait s'achever ce printemps, a précisé lundi l'établissement contrôlé en majorité par la Banque cantonale de Bâle. Apuré de ces charges, le bénéfice brut est ressorti à 88,6 millions de francs, contre 93,8 millions en 2009.

Les produits d'exploitation se sont légèrement contractés, à 232,8 millions, soit un million de moins que l'année précédente. Dans le détail, les opérations d'intérêts, principale source de revenus de la banque, ont rapporté 148,8 millions, à peine moins qu'en 2009 (-0,3%), et cela malgré une pression toujours vive sur les marges.

Les opérations de commissions se sont quant à elles montées à 68,5 millions de francs, en hausse de 3,9%, à la faveur de la croissance du négoce sur titres et des placements. En revanche, les revenus issus des opérations de négoce, qui ne représentent toutefois que 5,6% des produits d'exploitation, ont chuté de 16,7% à 13 millions.

Fonds de la clientèle en hausse

Les charges d'exploitation, hors coûts de la migration informatique, se sont pour leur part établies à 144,2 millions de francs, soit 3% de plus qu'en 2009. La somme du bilan s'est accrue de 5,8% à 14,3 milliards à la fin décembre.

La Banque Coop relève notamment dans son bilan la «réjouissante progression» de 8,4% d'une année à l'autre des fonds de la clientèle, qui ont atteint 9,4 milliards de francs. Leur croissance a dépassé la hausse ininterrompue du volume des hypothèques de 6% à 658,9 millions.

Conséquence du bas niveau des taux d'intérêts, les clients ont dans leur grande majorité privilégié les hypothèques à taux fixe, leur part représentant à fin 2010 90,5% du total des prêts immobiliers. La proportion des crédits à taux variable s'est réduite à 9,5%.

Prudence de mise

Malgré un contexte économique toujours difficile, l'établissement a poursuivi ses investissements avec la rénovation ou le transfert de ses succursales. Ainsi à fin 2010, la banque recensait près de deux tiers de ses filiales rénovées ou transférées à des emplacements plus favorables, dont celles de Genève et Yverdon. Les prochains projets concernent les agences de Brugg (AG), Rapperswil- Jona (SG) et Oerlikon (ZH).

Pour l'exercice en cours, l'établissement se montre très prudent. «Les évolutions sur les marchés financiers, mais aussi l'économie globale et en Suisse restent incertaines», a relevé à Zurich le président de la direction générale Andreas Waespi. La banque aborde par conséquent l'année avec «un optimisme prudent».

(ats)