Exportations

09 février 2011 10:41; Act: 09.02.2011 10:46 Print

Le franc fort compensé par la croissance

La relance mondiale atténue nettement l'impact négatif du franc fort sur les exportations.

Une faute?

Les exportations helvétiques profitent notamment du boom économique des pays émergents. UBS prévoit une croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse de 2,3% en 2011.

La conjoncture mondiale est le principal facteur déterminant pour la demande en exportations suisses, indique UBS dans son rapport trimestriel «UBS outlook Suisse» publié mercredi. Après son effondrement, elle s'est très vite remis de la crise. Le commerce mondial annualisé progresse d'environ 13% depuis le milieu de l'année 2009.

La moitié de la croissance des exportations après la crise revient aux pays émergents, bien que seules 8% des exportations suisses partent vers les pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) et 7% vers d'autres pays asiatiques, note l'UBS.

Forte croissance attendue

Le taux de change est le second facteur déterminant pour les exportations suisses. Mais l'expérience a montré que les chiffres des exportations reflètent les fluctuations des taux de change avec un retard de six mois environ, poursuit UBS.

Les estimations actuelles du PIB remontent au troisième trimestre 2010. Elles reflètent ainsi le taux du franc du premier trimestre 2010, alors qu'un euro valait encore 1,45 franc, contre 1,31 franc aujourd'hui. Cette réévaluation devrait considérablement affecter les chiffres des exportations au quatrième trimestre de l'an dernier et cette année.

Pour l'année en cours, UBS prévoit une relance mondiale persistante qui devrait encore atténuer nettement les conséquences négatives de la solidité du franc, sans toutefois stimuler la croissance. Grâce à la forte conjoncture intérieure, UBS table toutefois sur une croissance économique de 2,3%.

(ats)