Suisse

06 janvier 2011 17:07; Act: 06.01.2011 17:09 Print

Le franc fort menace 100.000 emplois

La cherté du franc, qui n'a cessé de s'apprécier ces derniers mois, menace environ 100.000 emplois dans la Confédération, où les exportateurs souffrent du renchérissement de leur monnaie.

Une faute?

«La spéculation est un énorme danger pour l’économie réelle suisse», car «plus de 100.000 emplois sont en jeu», a estimé l'économiste en chef de l’Union syndicale suisse (USS), Daniel Lampart.

«La spéculation sauvage» des banques helvétiques et «spécialement (de) l’UBS qui est le numéro deux mondial du commerce des devises» est à l'origine de l'appréciation de la monnaie suisse, a-t-il précisé dans un communiqué.

Face à cette situation, «la Confédération et la BNS (Banque nationale suisse, banque centrale) doivent rappeler à l’ordre les banques suisses», a-t-il ajouté.

Danger pour les exportateurs suisses

La devise helvétique, qui s'échangeait à 1,2637 franc pour un euro à 15H07 GMT, a progressé de 14,22% sur un an face à la monnaie unique européenne.

Ce renchérissement, également face à d'autres devises comme la livre britannique et le dollar, constitue un danger pour les exportateurs suisses dont les produits deviennent plus chers au fur et à mesure que le franc progresse.

Les entreprises suisses exportant principalement vers la zone euro et spécialement vers l'Allemagne, ces dernières se voient de plus en plus exposées à l'affaiblissement de l'euro, qui souffre de la crise de la dette publique, et du raffermissement du franc qui sert traditionnellement de valeur refuge.

Alors que la banque centrale a tenté de limiter, sans succès, la hausse du franc en intervenant sur les marchés, l'USS réclame plus d'intervention de la part de l'institut d'émission.

«La BNS doit envisager d’autres interventions, sur le marché des devises ou sur celui des capitaux», selon M. Lampart, qui estime également que les sociétés suisses devraient bénéficier «d’un taux de change particulier».

(afp)