Troubles en Libye

22 février 2011 10:33; Act: 22.02.2011 11:04 Print

Le franc suisse joue son rôle de valeur refuge

Le franc suisse se renforçait mardi, sous l'impulsion des troubles qui secouent l'Afrique du Nord et le Moyen- Orient, particulièrement la Libye depuis quelques jours.

Sur ce sujet
Une faute?

A 10h00, le franc s'échangeait à 1,2817 franc pour un euro, une nette appréciation par rapport au 1,2968 franc qu'il avait atteint la veille en fin d'après-midi. Depuis son plus bas niveau historique inscrit fin décembre dernier (à 1,2396 franc), la monnaie unique s'était reprise pour remonter au-dessus de 1,32 franc il y a dix jours.

«Comme pour la plupart des parités de change, le «cross» (paire de devises) euro/franc suisse a subi les événements qui secouent le Moyen-Orient, avec une nouvelle hausse du franc», ont estimé les analystes de la banque genevoise Pictet & Cie dans une note.

Pour les analystes de la Banque cantonale de Zurich, «les troubles des derniers jours dans le monde arabe ont de nouveau amené le franc sous la marque des 1,30» franc pour un euro.

Aussi contre le dollar

«Si la situation devait s'aggraver sur le continent africain, le franc pourrait s'apprécier durablement», ont-ils souligné, ajoutant que la monnaie suisse devrait atteindre la barre des 1,2780 franc contre un euro ces prochains jours.

Après la Tunisie et l'Egypte, la révolte contre les autorités a touché ces derniers jours la Libye, deuxième exportateur de pétrole en Afrique.

Le mouvement d'appréciation du franc s'est également vérifié vis- à-vis du dollar. A 10h00 toujours, le billet vert valait 0,9453 franc, contre 0,95 franc quelques heures plus tôt. Il y a dix jours, il s'échangeait à 0,9775 franc.

Panier de brut à plus de 100 dollars

Les cours du pétrole sont toujours portés par les inquiétudes sur l'approvisionnement d'or noir, alimentées par la flambée de violence en Libye. Le prix du panier de douze qualités de brut qui sert de référence à l'OPEP a franchi la barre des 100 dollars.

Le panier a atteint 100,59 dollars, selon un communiqué diffusé mardi par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Ce prix de référence est une compilation de tarifs constatés lundi, alors que les tensions s'exacerbaient en Libye, l'un des principaux pays exportateurs de l'OPEP. Il était de 99,08 dollars vendredi.

C'est la première fois que ce cours de référence franchit la barre des 100 dollars depuis septembre 2008. Il avait atteint un record historique quelques semaines auparavant, le 4 juillet, à 140,73 dollars.

Ce panier de brut prend en compte les divers bruts produits par les membres de l'organisation: Saharan Blend (Algérie), Girassol (Angola), Oriente (Equateur), Iran Heavy (Iran), Basra Light (Iraq), Kuwait Export (Koweït), Es Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria), Qatar Marine (Qatar), Arab Light (Arabie Saoudite), Murban (Emirats arabes unis) and Merey (Venezuela).

Il peut donc différer sensiblement des deux qualités de brut qui font référence sur les marchés des matières premières: le Brent de la mer du Nord, pour l'Europe, et le West Texas Intermédiate, en Amérique du nord. Mardi matin, le Brent de la Mer du Nord pour livraison en avril s'échangeait à 106,95 dollars, alors que le WTI pour livraison en mars valait 92,65 dollars.

Et le baril pourrait même retrouver ses sommets de juillet 2008, à 147 dollars à Londres et New York, si les troubles qui secouent le Moyen-Orient venaient à s'étendre au premier producteur mondial de brut, l'Arabie saoudite, estime Rebecca Seabury, analyste de la firme énergétique britannique Inenco.

(ats)