Horlogerie

28 juin 2010 18:52; Act: 29.06.2010 08:20 Print

Le père de Swatch est mort

Nicolas Hayek s'est éteint lundi à l'âge de 82 ans, a indiqué Swatch Group.

Sur ce sujet
Une faute?

Avec la disparition de Nicolas Hayek, l'industrie suisse perd un grand homme, un visionnaire connu bien au-delà des frontières helvétiques, un entrepreneur au franc-parler, audacieux et jamais à court d'idées. L'émotion est vive.

Le charismatique homme d'affaires «est décédé, d'une manière inattendue, d'un arrêt du coeur alors qu'il travaillait au sein de son entreprise affectionnée», écrit Swatch Group.

Considéré comme le sauveur de l'industrie horlogère suisse dans les années 1980, avec notamment le lancement de la montre plastique Swatch, l'entrepreneur savait comme personne défendre le savoir- faire de son secteur, avec un style parfois empreint de paternalisme.

L'industriel avait soigneusement préparé sa succession en cédant en 2003 à son fils Nick la direction opérationnelle du numéro un mondial de l'horlogerie. L'homme au cigare restait bien présent, installé dans le fauteuil de président de conseil d'administration.

Acteur incontournable de la scène médiatique comme économique, cet immigré libanais devenu milliardaire n'a jamais manifesté l'envie de quitter véritablement les affaires. Il paraissait peu probable que les décisions se prennent sans son assentiment.

Nicolas Hayek a fait de Swatch Group une multinationale générant un chiffre d'affaires annuel de plus de cinq milliards de francs avec quelque 24'000 employés.

Entrepreneur-artiste

L'ancien patron de Swatch Group aimait à se définir comme une sorte d'entrepreneur-artiste. Décoré de la Légion d'honneur et fait citoyen d'honneur de Bienne, Nicolas Hayek estimait qu'un patron devait conserver la fantaisie de son enfance.

Né à Beyrouth en 1928, émigré en France en 1940, puis en Suisse en 1949, l'homme qui obtiendra la nationalité helvétique dirigera dès les années 50 des sociétés. En 1985, il prend le contrôle de la Société suisse de microélectronique et d'horlogerie (SMH), ancêtre de Swatch Group qui comprend de nombreuses marques telles que Swatch, Omega, Tissot, Longines et Breguet.

Le nom de Bienne restera indissociable de celui du patron de Swatch Group. L'ancien président et délégué du conseil d'administration de Swatch Group aura plus globalement contribué à l'essor et à la stabilité économique de l'Arc jurassien.

S'il se plaisait à faire l'éloge de l'entrepreneur, de l'ouvrier, du créateur, Nicolas Hayek ne mâchait en revanche pas ses mots face au milieu de la finance. Il fustigeait «des banquiers crétins et malhonnêtes», utilisant l'argent pour spéculer ou s'offrir des bonus exorbitants.

Coups de gueule

L'entrepreneur laisse aussi le souvenir de célèbres coups de gueule contre la politique de la Banque nationale suisse (BNS) à qui il reprochait avec vigueur sa politique du franc fort défavorable à l'industrie d'exportation.

L'homme de Swatch Group, célèbre pour ses multiples montres aux poignets, s'était illustré dans d'autres domaines que l'horlogerie. Rêvant d'une voiture propre, il lance l'idée dans les années 90 de la Swatchmobile, qui ne verra finalement pas le jour. Il donnera ensuite naissance à la Smart, modèle au succès très mitigé de DaimlerChrysler.

Il avait également dressé le rapport de faisabilité du projet d'exposition nationale Expo.01, devenu finalement Expo.02.

«Un vide incroyable»

Les hommages ont afflué. Le décès de l'entrepreneur laissera «un vide incroyable» au sein de l'horlogerie helvétique, estime Jean- Claude Biver, patron des montres Hublot. C'est une personnalité hors du commun qui disparaît, a relevé Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération horlogère (FH).

De par son engagement et ses courageuses interventions, Nicolas Hayek a donné durant des décennies de grandes et importantes impulsions à l'ensemble de l'entrepreneuriat et de l'économie suisses, a pour sa part déclaré la présidente de la Confédération Doris Leuthard.

«Je ne pensais pas que Nicolas Hayek allait mourir un jour, il était tellement actif», a réagi tristement le maire de Bienne Hans Stöckli. Dans un entretien accordé il y a une année au magazine français «L'Express», Nicolas Hayek disait: «Rien n'est impossible, sauf d'éviter la mort... et les impôts».

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Cathy le 28.06.2010 23:05 Report dénoncer ce commentaire

    Remerciements à l'Homme...

    et condoléances à la famille. Cet Homme parti de rien à fait beaucoup pour la modernité en gardant son côté humain... il y a peu de patrons comme lui en ce bas monde... en espérant que son fils suive ses traces.... grosse perte mais belle lecon de vie...

  • Merci Monsieur le 29.06.2010 00:09 Report dénoncer ce commentaire

    L'homme part mais l'oeuvre demeure

    Condoléances à la famille. Nicolas Hayek ne sera jamais oublié. Il était un des rares qui nous donnaient encore confiance dans cette période si difficile pour la Suisse. Notre compatriote aimait sincèrement son pays. Quel succès, quel super ambassadeur pour la Suisse! Droit dans ses bottes et sûr comme un roc. Souvenez-vous de lui lorsque vous aurez des doutes. Laissez-vous inspirer par ce lion!

  • OuiOui le 29.06.2010 10:37 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle heure est-il !

    Un petit corps tout rond surmonté d'une tête ronde elle aussi. La carrure d' une vraie montre-savonnette. Il renfermait en lui une multitude de complication, d'ingéniosité et d'astuce. Une pièce rare de l'horlogerie humaine que l'on gardera soigneusement dans un bel écrin de bois, rangé au fond d'un tiroir. La garantie est périmée depuis longtemps et aucun horlogers ne connait le secret de sa fabr

Les derniers commentaires

  • Roger Bornand le 05.07.2010 17:06 Report dénoncer ce commentaire

    Un brillant entrepreneur

    La Suisse perd l'un de ses plus brillants entrepreneurs. Puisse l'équipe Swatch relever le défi et poursuivre la carrière exemplaire de Nicolas Hayek

  • CHM le 01.07.2010 13:07 Report dénoncer ce commentaire

    Merci M.Hayek

    Nicolas G. Hayek a eu un parcours fascinant. Il a toujours préconisé que la chance n'a rien à voir avec le succès. Il a transformé une opportunité en un tremplin vers la réussite sociale. J'ai travaillé dans le Swatch Group et grâce à lui il m'a permis de retrouver ma dignité, dans cette entreprise à dimension internationale. Merci Mes très sincères condoléances à la famille

  • Lily le 30.06.2010 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    R.I.P.

    Au revoir M. Hayek et longue vie à Swatch la meilleure montre au monde

  • Claude le 30.06.2010 11:39 Report dénoncer ce commentaire

    Au revoir Monsieur Hayek

    et merci, d'avoir été un patron comme on en rencontre malheureusement trop peu de nos jours! Toute ma symphatie à votre famille. Comme les fruits ne tombent jamais loin de l'arbre, votre fils vous succèdera certainement avec grande dignité!

  • Darth le 30.06.2010 11:19 Report dénoncer ce commentaire

    un grand homme s'en va

    La Suisse perd un très grand homme et un entrepreneur hors pair. Pour tout ce qu'il fait dans l'industrie horlogère et pour la rayonnement du pays, le pays doit lui rendre un hommage, un mémorial est entièrement justifié. Toutes mes condoléances à la famille et aux employés du groupe