Climat de consommation

10 février 2011 09:24; Act: 10.02.2011 09:35 Print

Les Suisses restent optimistes

Le climat de consommation en Suisse n'a presque pas changé entre octobre et janvier, selon la dernière enquête du SECO. Il se situe toujours à un niveau relativement élevé.

Une faute?

L'indice calculé selon les résultats de l'enquête menée chaque trimestre a atteint en janvier 2011 un niveau de 10 points, contre 7 points en octobre 2010, a indiqué jeudi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) dans un communiqué. Seule l'évolution future du chômage a été jugée un peu plus favorablement (12 points en janvier, contre 17 en octobre).

Par contre, les perspectives d'évolution, durant les douze prochains mois, de la situation financière des ménages et les possibilités futures d'épargne ont été appréciées de manière pratiquement inchangée. Celles concernant la situation économique générale ont été jugées de manière quasi similaire entre octobre et janvier.

Sécurité de l'emploi

Parmi les autres sous-indices calculés dans l'enquête, qui n'entrent pas dans le calcul de l'indice général, l'appréciation de la sécurité de l'emploi s'est améliorée (-45 points, contre -52 points en octobre). Pour la première fois depuis juillet 2008, ce sous-indice se situe à nouveau au-dessus de sa moyenne à long terme, précise le SECO.

L'évolution de la situation financière personnelle, au cours des douze derniers mois, a été appréciée de manière un peu plus optimiste. Les possibilités actuelles de faire des épargnes ont été jugées de manière légèrement plus favorable par les ménages.

Evolution des prix

En revanche, l'appréciation de la conjoncture passée et le jugement porté sur la période actuelle comme étant propice à des achats d'importance n'ont pratiquement pas changé.

Les ménages ont revu à la baisse leur appréciation de la hausse des prix au cours des douze derniers mois et leurs anticipations d'inflation pour les douze mois à venir. Les réponses des ménages, quant à l'évolution des prix, demeurent donc depuis plus de deux ans à des niveaux historiques peu élevés, a ajouté le SECO.

(ats)