Consommation d'alcool

01 février 2011 10:52; Act: 01.02.2011 16:50 Print

Les excès coûtent 1 milliard aux employeurs

L'alcool au travail coûte un milliard de francs par année aux entreprises selon une étude conjointe de l'OFSP et la Suva.

Une faute?

C'est ce que révèle une étude de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et de la Suva. Les domaines de l'hôtellerie et de la construction sont les plus touchés. En Suisse, environ 70.000 employés sont concernés. Les mesures de prévention menées sur le terrain se révèlent toutefois efficaces.

Sondage
L'alcool est-il présent sur votre lieu de travail?
10 %
27 %
25 %
33 %
5 %
2204 participants

Réalisée avec le soutien du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco), cette étude a été menée auprès des responsables des ressources humaines de plus de 1.300 entreprises des secteurs secondaire et tertiaire, a précisé mardi l'OFSP. Il est apparu que près d'un tiers des entreprises sondées emploie des salariés présentant une consommation problématique avérée.

Sur l'ensemble du panel étudié, la part de salariés présentant une consommation problématique d'alcool s'élève à 2%. En extrapolant ces données, cela représente environ 70.000 personnes sur 3,5 millions de personnes actives en Suisse. Selon les extrapolations, les coûts annuels de l'absentéisme, des accidents et des pertes de productivité dus à l'alcool en Suisse se montent à un milliard de francs. Plus des quatre cinquièmes des coûts sont induits par les pertes de productivité car, selon l'étude, une personne présentant une consommation problématique a un rendement de 15% inférieur à celui des autres.

L'hôtellerie (5,1 % d'employés présentant une consommation problématique) et la construction (3,9 sont les secteurs les plus touchés. A l'inverse, l'administration publique, y compris l'enseignement, enregistre les chiffres les plus bas (0,5 %).


Prévention efficace

Près de 14% des entreprises interrogées se sont dotées d'un programme de prévention et 6% prévoient de le faire. Parmi les entreprises employant des salariés à la consommation problématique, 26% appliquent des mesures de prévention et 10% prévoient de suivre leur exemple.

Les principales mesures consistent à interdire la consommation d'alcool avant et pendant les heures de travail, à restreindre l'accès aux boissons alcooliques sur le lieu de travail et à fournir une assistance conseil. En moyenne, une entreprise investit 9.000 francs dans le développement et la mise en place d'un programme; les coûts engagés par personne variant fortement. Plus de 70% des entreprises tirent de ces programmes de prévention un bilan coût-utilité positif. Les mesures appliquées contribuent notamment à instaurer une meilleure ambiance de travail et à réduire les problèmes d'alcool, les absences et les accidents.

(ap)