Inde

22 février 2011 18:12; Act: 22.02.2011 18:32 Print

Les mariés devront-ils limiter leurs agapes?

Pour réduire le gaspillage alimentaire, le gouvernement indien envisage de demander aux familles de diminuer le nombre d'invités aux mariages.

storybild

Les mariages indiens sont réputés pour leur extravagance et le colossal budget qu'ils représentent pour de nombreux foyers soucieux de faire de cette célébration un événement marquant. (Photo: AFP/Sajjad Hussain)

Une faute?

Le gouvernement indien étudie l'hypothèse de demander aux familles de trier sur le volet les invités aux mariages. Le ministère chargé de l'alimentation souhaite ainsi réduire le gaspillage alimentaire.

Un responsable du ministère chargé de l'alimentation et de la consommation a confirmé à l'AFP que le gouvernement étudiait la possibilité de réduire les listes d'invités après la publication de cette information dans le quotidien «Mail Today».

Une directive avait déjà été créée au début des années 60 pour faire face à la rareté de nourriture. «Aujourd'hui, le problème n'est plus la rareté mais le gaspillage et un volume maximum de nourriture est gaspillé dans les mariages», a jugé ce responsable.

Ces considérations impopulaires ont choqué l'opposition, affligée de voir le gouvernement se pencher sur ce sujet au lieu de s'atteler à des dossiers qu'elle estime plus sérieux, comme la lutte contre l'inflation galopante des prix alimentaires.

«Ceci est une proposition absurde et exécrable», a lancé Prakash Javdekar, porte-parole du principal parti d'opposition, le parti conservateur BJP, cité dans «Mail Today». Selon le quotidien, le ministre de l'alimentation a calculé que près de 15% des légumes et céréales en Inde étaient gaspillés dans les mariages et autres agapes en Inde.

Les mariages indiens sont réputés pour leur extravagance et le colossal budget qu'ils représentent pour de nombreux foyers soucieux de faire de cette célébration un événement marquant. Ces cérémonies peuvent s'étaler sur plusieurs jours. De gargantuesques buffets réunissent des centaines, voire des milliers de convives.

(ats/afp)