Etude

09 février 2011 14:07; Act: 09.02.2011 17:13 Print

Nos noms influencent nos habitudes d'achat

Selon des chercheurs américains, les personnes dont le nom de famille commence par une lettre comprise entre N et Z réagissent plus rapidement devant une occasion d'achat.

storybild

En classe, l'appel est traumatisant pour les personnes situées à la fin de l'alphabet. (Photo: dr)

Une faute?

A l'école primaire, les listes de présence par ordre alphabétique laissent des séquelles durables. Selon une étude réalisée à l'université de Georgetown (USA), les personnes dont le nom de famille commence par une lettre comprise entre N et Z sont plus réactifs face à une occasion d'achat (billets de concert, offre limitée dans le temps ou la quantité, promotions et soldes) que ceux dont la première lettre du patronyme se situe à l'avant de l'alphabet.

Dans l'étude publiée dans le «Journal of Consumer Research», Kurt Carlson remarque que les personnes dont le nom de famille est comprise entre A et M sont plus patience et étudient mieux leurs options, quitte à passer à côté d'une bonne affaire. «Quand vous avez été forcé à patienter à la fin de la file tout au long de votre enfance, vous avez tendance à sauter sur la première occasion qui se présente à vous une fois adulte», analyse le professeur de marketing à l'université de Georgetown.

Les femmes mariées réagissent en fonction de leur nom de jeune fille

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont envoyé des e-mails offrant des bons d'achats de 500$ aux personnes qui répondaient au sondage. Les premières réponses provenaient uniquement de personnes dont le nom de famille commençaient par une lettre située à la fin de l'alphabet. Pareil pour un courrier proposant des billets gratuits pour un match de basketball sur une base limitée: les personnes avec un patronyme situé entre A et M ont manifesté leur intérêt plus d'une heure plus tard.

L'étude a également mis en évidence qu'une femme mariée réagissait en fonction de son nom de jeune fille (rapidement entre N et Z, plus lentement entre A et M), preuve que ce comportement tire son origine dans l'enfance. «C'est étonnant comme une expérience aussi banale que l'appel par ordre alphabétique peut avoir des conséquences aussi importantes à l'âge adulte», relève Carlson.

Réagissez: votre nom influence-t-il votre comportement d’achat?

(sim)

Les commentaires les plus populaires

  • Suzi le 10.02.2011 08:44 Report dénoncer ce commentaire

    Des chercheurs "N à Z"...

    Voilà une étude qui fait un bien fou à l'humanité! Quelle avancée! Le marketing pourra ainsi ciblé des noms bien plus précis dans l'alphabète! Ces chercheurs devaient avoir un nom commençant de toute évidence entre "N et Z" pour, réactivement, jeter ainsi l'argent de la recherche par les fenêtres. N'y aurait-il pas mieux et plus productif comme cas d'étude? Les maladies dites orphelines, par exemple?

  • Sarkastic le 10.02.2011 19:32 Report dénoncer ce commentaire

    C'est évident

    Un Rockfeller, un Vasella, un Ospel ou un Sarkozy réagira plus rapidement à une occasion d'achat de jet privé qu'un dénommé Job.

Les derniers commentaires

  • Sarkastic le 10.02.2011 19:32 Report dénoncer ce commentaire

    C'est évident

    Un Rockfeller, un Vasella, un Ospel ou un Sarkozy réagira plus rapidement à une occasion d'achat de jet privé qu'un dénommé Job.

  • Suzi le 10.02.2011 08:44 Report dénoncer ce commentaire

    Des chercheurs "N à Z"...

    Voilà une étude qui fait un bien fou à l'humanité! Quelle avancée! Le marketing pourra ainsi ciblé des noms bien plus précis dans l'alphabète! Ces chercheurs devaient avoir un nom commençant de toute évidence entre "N et Z" pour, réactivement, jeter ainsi l'argent de la recherche par les fenêtres. N'y aurait-il pas mieux et plus productif comme cas d'étude? Les maladies dites orphelines, par exemple?

    • ma le 10.02.2011 17:27 Report dénoncer ce commentaire

      Stats de comptoir

      C'est surtout à nouveau des statistiques de comptoir établies par des non scientifiques qui n'ont aucune idée de ce qu'est une étude statistique.... Bref, ça rempli les journaux gratuits en mal de sentation pour les foules.