Affaire UBS

08 février 2011 17:37; Act: 08.02.2011 18:30 Print

Nouvelle plainte évoquée contre les responsables

Le juriste zurichois Hans-Jakob Heitz, représentant de petits actionnaires, n'en démord pas: il veut voir les anciens dirigeants de UBS passer en jugement, notamment pour l'exercice 2007.

Sur ce sujet
Une faute?

Il cherche actuellement à rassembler suffisamment de voix pour soutenir sa plainte.

Pour amener l'objet sur le tapis lors de l'assemblée générale de la grande banque agendée au 28 avril prochain, M. Heitz doit pouvoir représenter des actions pour une valeur nominale d'au moins 62'500 francs. Soit 625'000 titres, dont la valeur nominale est de 10 centimes, représentant au cours de mardi quelque 11,3 millions de francs.

M. Heitz a dit à l'ATS mardi avoir «de bons signaux». Il se dit soutenu par une organisation dont il n'a toutefois pas voulu révéler l'identité.

Jusqu'ici, aucun tribunal ne s'est prononcé sur les responsabilités dans les milliards de francs de pertes essuyés par UBS ces dernières années. Les responsables actuels de la banque ne veulent pas entamer de démarches en justice contre leurs prédécesseurs. La Confédération ne s'est pas non plus manifestée.

La plainte dont l'assemblée générale devrait éventuellement débattre se limiterait d'ailleurs à l'exercice 2007 sous la présidence de Marcel Ospel. Pour 2008 et 2009, la dernière assemblée générale a accordé la décharge, contrairement à 2007.

Reste que même si la plainte est mise à l'ordre du jour de l'assemblée générale de cette année, ses chances de succès sont maigrichonnes. Il faudrait en effet que plus de la moitié des actionnaires représentés l'approuvent.

(ats)