Région genevoise

28 septembre 2010 16:20; Act: 28.09.2010 16:35 Print

Nuage sur le salaire des frontaliers

par Thomas Piffaretti - La hausse du franc par rapport à l’euro met à mal les entreprises suisses d’exportation. Certaines d’entre elles sont tentées d'amputer une partie du salaire de leurs employés frontaliers.

storybild

La force du franc suisse par rapport à l'euro met sous pression certaines entreprises spécialisées dans les produits d'exportation. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

C’est la société soleuroise Stöcklin qui a mis le feu aux poudres, mi-septembre, en annonçant sa volonté de baisser de 6% le salaire de ses ouvriers résidants en France ou en Allemagne. La direction de cette entreprise de machine-outil estime que la hausse du pouvoir d’achat des travailleurs frontaliers est trop importante – à cause de leurs salaires versés en franc suisse, dont le taux de change atteint des sommets face à l’euro –, alors qu’en parallèle, les exportations de Stöcklin subissent les effets inverses du marché des devises, avec des coûts de production toujours plus élevés que ceux de la vente.

Des PME mises sous pression

Si cette mesure reste soumise à l’acceptation des salariés, elle pourrait rapidement faire des émules de ce côté de la Sarine. «J’ai eu vent qu’une industrie d’exportation de la région genevoise y pensait la semaine dernière», reconnaît le directeur de la Fédération des Entreprises Romandes Blaise Matthey.

S’il refuse de donner le nom de cette société, il précise qu’un certain nombre de patrons commencent de plus en plus à réfléchir à une solution inspirée de celle voulue par Stöcklin. Car à court-terme, la trop bonne santé du franc suisse menace l’économie intérieure helvétique, estime le spécialiste.

L'association de défense des frontaliers est inquiète

Les bases légales pour entreprendre pareille manœuvre existent. «Mais tout doit être fait dans les règles. Il faut un système aussi équitable que possible», réclame Blaise Matthey. Si une société adopte une rémunération à deux vitesses au moment où l’euro est faible, elle doit également accepter de jouer le jeu au moment où la monnaie unique est forte. En revanche, il refuse de parler de mesure abusive, car elle permettrait de ramener une certaine équité entre travailleurs résidants en Suisse et ceux habitants en France, actuellement défavorable aux premiers.

Du côté du Groupement Transfrontalier Européen, on s’inquiète de cette situation. «Ce type de mesures est dangereux aussi pour les employés suisses, car il favorise le dumping salarial», prévient Jean-François Besson, secrétaire générale de l’association de défense des intérêts des travailleurs frontaliers.

Les commentaires les plus populaires

  • Polo le 28.09.2010 22:48 Report dénoncer ce commentaire

    Damien à raison !

    Arrêtez SVP vos commentaires populistes anti-frontaliers. La monnaie en Suisse est le franc suisse, point barre ! Les frontaliers subissent un risque de change mais le taux n'a pas toujours été avantageux !

  • frontix le 29.09.2010 14:02 Report dénoncer ce commentaire

    frontalix

    Qui sont les anti frontaliers??? C'est quand même effarant de constater que ce sont les suisses naturalisés qui font du foin...

  • Blanco le 29.09.2010 15:06 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème est ailleurs... (suite)

    Et que le CF se réservait l'option de bloquer l'accès aux frontaliers au marché de l'emploi suisse en cas de forte crise ou de fort taux de chômage. Tout cela avait pour but de nous faire accepter le traité de Schengen. Aujourd'hui avec Genève à 10% de chômage, le Jura et toute la frontière (ayant voté NON ce weekend) ont un taux des plus hauts en Suisse. Donc nos politiques nous ont mentis !!!

Les derniers commentaires

  • Arthur le 01.10.2010 18:56 Report dénoncer ce commentaire

    Les coupables...

    Ce sont les patrons qui font tout pour payer les employés le moins possible, donc frontaliers , en euros pour économiser encore plus... ce sont les patrons qu'il faut pointer du doigt, pas les frontaliers! Pour faire changer les choses, il faudrait au moins instaurer des règles qui empêchent tout dumping salarial (conditions d'embauche, salaires etc)... ou renverser ce capitalisme non moralisable!

  • Morgarten le 30.09.2010 16:00 Report dénoncer ce commentaire

    @Blanco - nos politiciens

    Oui, vous avez raison. Rien ne sert de fustiger les frontaliers qui ne font que profiter des facilités mises en place en Suisse. Oui, nos autorités nous ont menti en nous entrainant dans Schengen, alors faisons pression sur le CF et le Parlement par tous les moyens légaux (votations 2011, initiatives) pour dénoncer ces accords et revenir à une priorité de l'emploi aux citoyens résidents. ABE.

  • Jean le 30.09.2010 14:12 Report dénoncer ce commentaire

    Faire payer les frontaliers

    Ce serait une excellente idée.. indexer leurs salaires sur les cours de change et leur faire payer une taxe.. de toute manière ils gagnent 2 à 3 fois un salaire français en Suisse et en plus ils exercent une pression négative sur les salaires suisses vu qu'ils se vendent souvent au-dessous du prix du marché.

    • racaille d'annemasse le 30.09.2010 18:03 Report dénoncer ce commentaire

      POUR JEAN

      Qui acceptent de payer à des salaires inferieurs? Mis à par la jalousie quel est le problème avec le fait que les frontalier gagnent mieux leurs vie que les autres habitants français? Je vous rapel que vous pouvez aussi aller habitez en France et meme y etre proprietaire ainsi que profiter du change et aussi y faire vos courses. N'oubliez pas de faire le plein en Suisse par contre.

  • euro le 30.09.2010 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    payer en euro adopter l euro

    ils veulent payer les salariés en Euro,alors la Suisse doit adhérer à l'Euro, c est simple non.

  • big mama le 29.09.2010 21:34 Report dénoncer ce commentaire

    LOGEMENT DU FRONTALIER

    Je suis d'accord qu'avant le frontalier de secteur primaire bénéficiait d'un cadre de vie supérieur aux suisses avant les prix fou de l'immobilier en France voisine mais je peux vous dire que mon époux travaille en Suisse ( en usine) depuis des années et nous vivons dans un logement sans ascenseur et très anciens avec nos enfants et qu'à la fin du mois il ne reste plus rien pour mettre de côté!!