USA - Fraude fiscale

23 février 2011 20:49; Act: 27.02.2011 20:30 Print

Quatre banquiers suisses inculpés

Trois ex-collaborateurs de Credit Suisse ainsi qu'un employé actuel de la banque helvétique ont été inculpés aux Etats-Unis pour complicité de fraude fiscale.

Sur ce sujet
Une faute?

Les quatre banquiers auraient effectué des transactions bancaires internationales illégales et ouvert des comptes secrets permettant à leurs clients d'échapper au fisc, selon le Ministère public de l'Etat de Virginie sur la côte est des Etats-Unis.

Credit Suisse collabore avec les autorités dans cette enquête contre ces quatre personnes, a indiqué à l'ATS Marc Dosch, porte- parole du Credit Suisse. L'enquête ne concerne toutefois pas la banque, mais ces quatre individus, a-t-il tenu à ajouter.

Le procureur américain John Di Cicco et le chef du fisc américain Doug Shulman reprochent au Credit Suisse d'avoir démarré ces activités en 1953. L'escroquerie implique deux générations de fraudeurs du fisc, ont-ils relevé.


3 milliards de fonds gérés

Ces opérations auraient permis à des clients américains de conserver des milliers de comptes non déclarés totalisant un montant 3 milliards de dollars (2,8 milliards de francs). Lorsque la banque a décidé en 2008 de fermer ces comptes, les accusés auraient transféré les fonds sur des comptes dans d'autres banques en Suisse et à Hong Kong.

L'un des banquiers a été employé du Credit Suisse à Genève, un autre à New York et les deux autres auraient fait le voyage aux Etats-Unis pour rencontrer des clients. Selon le ministère public, les quatre hommes risquent chacun une peine de cinq ans de prison et une amende de 250 000 dollars.

Dimanche, le «New York Times» annonçait que la justice américaine avait déjà inculpé un autre salarié du Credit Suisse. Le «Financial Times» révélait que des collègues de cet inculpé allaient être inquiétés à leur tour dans les jours à venir.


Banques suisses sous surveillance

Rivale du Credit Suisse, UBS a déjà eu sa réputation ternie par une affaire de conseil en fraude fiscale qui s'est soldée par deux accords passés avec l'Etat fédéral américain en 2009, prévoyant de livrer les noms de 4450 clients américains auxquels il avait offert de cacher des fonds au fisc. La banque s'est aussi acquittée d'une amende et d'un redressement fiscal de 780 millions de dollars.

Cette affaire avait poussé la justice américaine à scruter l'ensemble des activités des banques suisses auprès de riches clients aux Etats-Unis.

(ats)