Bourses

08 décembre 2008 10:21; Act: 08.12.2008 10:25 Print

Rebond fulgurant des Bourses qui tablent sur un plan de relance américain

Les Bourses asiatiques et européennes affichaient un rebond fulgurant lundi, les investisseurs tablant sur une intervention vigoureuse de la nouvelle administration américaine pour relancer la première économie mondiale, très mal en point, et enrayer la montée du chômage.

Une faute?

Deuxième place financière mondiale, la Bourse de Tokyo a clôturé en forte hausse de 5,20%, Hong Kong s'est envolé gagnant 8,66%, Séoul 7,5%, Taipei a fini sur une progression de 4,57% et Shangaï de 3,57%.

En Europe, la place financière parisienne prenait 6,58% vers 08H30 GMT, après un plongeon vendredi, tandis que Francfort bondissait également de 6,58%, Londres de 5,31%, Madrid de 5,15% et Milan de 5,49%.

Toutes les Bourses nordiques ont également commencé la journée sur des progressions supérieures à 5%.

Les marchés se ressaisissaient dans le sillage du rebond de Wall Street vendredi où le Dow Jones a fini en hausse de 3,09% malgré la publication de statistiques désastreuses. Le taux de chômage a atteint 6,7%, un plus haut depuis plus de 15 ans, avec la disparition de 533.000 emplois en novembre.

«Des suppressions d'emploi à cette échelle montrent bien que la récession n'est pas simplement un accident de parcours», a expliqué Jan Lambregts, chef du département de recherche asiatique à Rabobank International.

Ces indicateurs «créent un terrain propice à de nouvelles interventions politiques, à la fois sur les fronts monétaire et fiscal», a-t-il ajouté, prédisant une nouvelle baisse des taux américains dès la semaine prochaine.

Les Bourses sont encouragées par la perspective d'une politique volontariste du côté de Washington, une option d'autant plus crédible que la nouvelle administration de Barack Obama prend les rênes du pays dès janvier.

Les investisseurs gardaient l'oeil rivé sur les Etats-Unis, où le Congrès doit se prononcer dans la semaine sur un plan d'urgence de 15 milliards de dollars pour le secteur automobile, en grave difficulté.

Sur le front politique, le gouvernement indien a annoncé qu'il allait débloquer 4 milliards de dollars supplémentaires de dépenses publiques pour relancer l'économie frappée par la crise financière.

La TVA sur bon nombre de biens va être abaissée de 4 points afin de doper la consommation et des dépenses publiques vont être allouées pour les infrastructures, les PME et les secteurs exportateurs comme l'artisanat et le textile.

Un mini-sommet sur la crise financière a par ailleurs lieu lundi à Londres entre le Premier ministre britannique Gordon Brown, le président français Nicolas Sarkozy et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Le but de ces entretiens est de «donner une cohérence» aux différentes mesures de relance prises par les Etats membres de l'Union européenne, selon la présidence française.

A Pékin, les autorités ont entamé une réunion pour fixer les priorités économiques de l'année, alors que la croissance du pays a ralenti à 9% au troisième trimestre, son niveau le plus faible en plus de cinq ans.

Les autorités s'inquiètent du ralentissement des exportations, qui ont nourri la croissance et les réserves de change chinoises ces dernières années, du fait d'une baisse de la demande des pays occidentaux frappés par la crise.

Au Japon, la récession risque d'être plus accentuée qu'annoncé mi-novembre, prédisent les économistes à la veille de la publication des chiffres révisés de la croissance nippone au troisième trimestre.

Le mois dernier, 1.010 entreprises nippones ont mis la clef sous la porte ce qui marque le sixième mois consécutif au cours duquel plus de 1.000 sociétés sont poussées à la faillite.

En revanche, la Finlande semble mieux résister que ses voisins européens à la crise avec une croissance de son Produit intérieur brut (PIB) de 0,1% au troisième trimestre, par rapport au trimestre précédent qui lui-même avait enregistré une hausse de 0,5%, selon des statistiques officielles encore provisoires.