Médicament

13 février 2011 12:41; Act: 13.02.2011 15:36 Print

Roche poursuivi pour un remède contre l'acné

3500 patients qui ont utilisé le médicament Roaccutane exigent des dommages et intérêts à hauteur de 35 milliards de dollars.

Une faute?

Fin janvier, Daniel Voidey, le père d'un adolescent de 17 ans, a porté plainte contre le fabricant Roche et deux producteurs de pilules génériques, pour avoir causé la mort de son fils, en juillet 2007. Ce dernier, qui n'avait jamais souffert de dépression auparavant, s'est pendu à un arbre près de son domicile à Nice, en France, après avoir pris du Roaccutane, rapporte «Der Sonntag». Ce médicament produit par Roche, prescrit contre les graves cas d'acné, peut avoir des effets secondaires comme la dépression ou des problèmes gastro-intestinaux. Le procès débutera à la mi-mars devant le tribunal civil de Nanterre.

Sondage
Avez-vous encore confiance dans les médicaments?
30 %
68 %
2 %
171 participants

«Maman, je n’en peux plus», écrivait l’étudiant, le soir avant son suicide, dans un dernier SMS d’adieu à sa mère, dans lequel il se plaignait d’une douleur insupportable et de dépression.

Mais Daniel Voidey n’est pas le seul à faire recours contre Roche. Selon un rapport annuel, publié il y a une semaine par le groupe, ce dernier confirme que 2422 plaintes ont été déposées contre lui, jusqu’à la fin de l’année, et ceci seulement aux Etats-Unis. Un nombre auquel s’ajouteront de nombreuses autres poursuites judiciaires à venir dans d’autres pays.

«Je représente plus de 2500 clients et je compte présenter 1000 poursuites supplémentaires contre Roche cette année», explique Mike Hook, un avocat de Floride. «Chaque cas peut prétendre à un versement de 10 millions de dollars de dommages et intérêts, ce qui représente au total 35 milliards.»

Roche se défend contre la vague de poursuites judiciaires qui s’abat sur le fabricant. «Le Roaccutane est un médicament sûr et efficace», a déclaré la porte-parole Claudia Schmitt. A condition qu’il soit pris sous strict contrôle médical. Roche l’a néanmoins retiré du marché dans plusieurs pays, en 2006, non pour des raisons de sécurité, mais à cause des baisses de ventes importantes, selon le fabricant. En Suisse, le Roaccutane est encore commercialisé et un rappel n’est pas envisagé, selon Swissmedic, l’Institut suisse des produits thérapeutiques.

(man)