Banques

24 février 2011 06:58; Act: 24.02.2011 14:49 Print

Très bons résultats 2010 pour la BCV

Le groupe BCV (Banque cantonale vaudoise) prévoit pour 2011 une année comparable à 2010.

Une faute?

La Banque cantonale vaudoise (BCV) se félicite de ses «très bons résultats» 2010. La deuxième banque cantonale de Suisse, toujours très présente sur sol vaudois, entend se développer de manière ciblée en Suisse romande et en Suisse alémanique.

Le groupe BCV a réalisé «de très bons, voire d'excellents résultats dans un environnement toujours un peu difficile pour les banques», a expliqué jeudi à la presse Pascal Kiener, le président de la direction générale. En 2010, les revenus, le bénéfice brut et le bénéficet net ont connu une «progression très réjouissante».

Les revenus ont augmenté de 2% à 996 millions de francs. Le bénéfice brut a crû de 2% à 480 millions et le bénéfice net de 4% à 314 millions, malgré les 34 millions versés au fisc pour régler un litige avec l'Administration fédérale des contribution (AFC). Sans cela, le bénéfice net aurait augmenté de 13%, a annoncé M. Kiener.

2010 a été une «très bonne année pour chacun des secteurs d'activité», a ajouté le CEO. Les affaires hypothécaires ( 8%) et l'épargne ( 11%) ont continué à augmenter. Dans le domaine des entreprises, les résultats sont stables à un niveau élevé.

Développement en Suisse romande et alémanique

A l'avenir, le groupe entend rester «extrêmement présent» dans le canton de Vaud, mais entrevoit des «niches de croissance sélective» en Suisse romande dans le Private Banking ou outre-Sarine avec la gestion institutionnelle. «Nous n'allons pas chercher à croître dans des domaines risqués», a rassuré Pascal Kiener.

La BCV a racheté la banque Galland pour la fusionner avec la banque Piguet et lancer un nouvel acteur de la gestion de fortune: Piguet Galland & Cie visera le marché romand, la BCV en priorité le marché vaudois. «Ces deux marques complémentaires nous permettront de gagner plus de parts de marché», a expliqué Pascal Kiener.

En 2010, le groupe a ouvert un bureau à Zurich dédié au développement de la gestion institutionnelle. «Le marché alémanique est une opportunité de croissance intéressante», a relevé le CEO.

Hausse des effectifs

En 2010, les charges d'exploitation ont augmenté de 2%, en raison notamment d'un renforcement ciblé des effectifs (1986 équivalents plein temps). Le total du bilan est resté pratiquement inchangé à 35,6 milliards. La masse sous gestion est restée globalement stable à 75,8 milliards de francs (-1%), un apport net d'argent frais de 758 millions compensant la baisse des marchés.

Les fonds propres sont stables à 3,3 milliards et le taux de couverture se maintient à un niveau «élevé». La banque poursuit sa politique de dividende et d'optimisation des fonds propres annoncée en 2008. Le conseil d'administration proposera ainsi à l'assemblée générale de verser un dividende ordinaire de 22 francs et de rembourser 10 francs de la valeur nominale de l'action.

Prévisions raisonnablement optimistes

Pour la BCV, 2011 devrait être «dans la même dynamique» que 2010. «Nous sommes raisonnablement optimistes dans nos prévisions à six ou neuf mois. Au-delà, il faut rester prudents», a dit M. Kiener.

(ats)