Agroalimentaire

09 mars 2011 06:40; Act: 09.03.2011 06:51 Print

Un revers pour Nestlé au Chili

La fusion entre les entreprises agroalimentaires Nestlé et Soprole a été rejetée par l'autorité de la concurrence chilienne.

Une faute?

L'autorité de la concurrence chilienne, la FNE (Fiscalia Nacional Economica), a rejeté mardi une fusion entre les entreprises agroalimentaires Nestlé Chili et Soprole, considérant qu'elle constituerait «une entrave à la concurrence».

«L'opération consiste à créer un agent économique doté d'une position dominante dans l'industrie laitière, susceptible d'entraver le maintien d'une concurrence effective sur le marché», déclare un communiqué de la FNE.

Le rapport établi par les autorités de la concurrence rejette la création de «la coentreprise», dont l'objectif était de «développer, commercialiser et vendre certains produits laitiers, des boissons, fromages, jus de fruits et nectars».

Il précise en outre que les mesures d'atténuation de l'obstruction du marché présentées par les deux sociétés sont insuffisantes.

«En soutenant cette alliance, les consommateurs paieraient les produits plus cher qu'ils ne les paient actuellement», a indiqué la FNE.

La filiale chilienne du suisse Nestlé et la société chilienne Soprole avaient déposé une proposition d'alliance devant le Tribunal de la libre concurrence du Chili, qui devait donner sa position avant une éventuelle fusion entre les deux sociétés.

L'opération s'inscrivait dans la stratégie de partenariat que Fonterra (actionnaire principal de Soprole) et Nestlé ont lancée dans divers pays d'Amérique latine.

rto/lm/mml/plh

(afp)