Energy Challenge Suisse Energie AXA MCH 20 minutes Brack.ch Volvo Diamant

Immeuble énergétiquement neutre

02 mai 2016 10:43; Act: 04.05.2016 09:25 Print

«L'hydrogène est aussi sûr que le gaz naturel»

par Pascal Michel - L'hydrogène est considéré comme l'avenir du stockage de l'électricité. Mais quel est le degré de sécurité de cette procédure? Un expert nous donne quelques explications.

storybild

Dans l'immeuble locatif énergétiquement autarcique construit à Brütten (ZH), l'énergie solaire excédentaire est stockée dans des réservoirs d'hydrogène. En hiver, elle est libérée sous forme d'électricité. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Monsieur Borgschulte, on a construit à Brütten (ZH) un immeuble locatif énergétiquement autarcique, dans lequel l'électricité excédentaire est stockée sous forme d'hydrogène durant l’été. Dans quelle mesure ce principe est-il sûr?
Fondamentalement, un réservoir d'hydrogène dans l’immeuble est tout aussi sûr qu'un réservoir de gaz naturel ou de pétrole. Certes, l'hydrogène s'enflamme plus facilement que le gaz naturel, mais il s'évapore aussi très rapidement. Par conséquent, si le réservoir avait une fuite, l’hydrogène s'évaporerait instantanément. Une explosion est donc très peu probable et ne serait possible que si de grandes quantités d'hydrogène s'accumulaient dans une pièce sans fenêtres et finissaient par s'enflammer. C’est alors que se produirait une explosion de gaz oxhydrique – un phénomène bien connu, dont on nous parle pendant les cours de chimie.

Quel sens a le stockage d'électricité sous la forme d'hydrogène? Le processus nécessite à lui seul de grandes quantités d’énergie...
C'est exact. Parce que le processus d'accumulation en vue du stockage et la décomposition par électrolyse génère des rejets thermiques, on introduit trois ou quatre fois plus d'énergie que par la suite – par exemple en hiver –, lorsque celle-ci peut de nouveau être libérée sous forme d'électricité. Une solution consisterait à laisser tout simplement «disparaître» l’énergie excédentaire – que le photovoltaïque, par exemple, produit en été. Le problème est que le consommateur veut aujourd’hui avoir de l'énergie à disposition en tout temps. Autrement dit, la couverture – par exemple avec des panneaux solaires – devrait être conçue et aménagée en hiver de telle façon qu'il y ait toujours assez d'électricité disponible. En été, on aurait toutefois besoin de seulement un sixième des installations pour couvrir la consommation. L'énergie restante serait perdue. C'est pourquoi nous avons besoin de possibilités de stockage comme l’hydrogène, qui a d'autres propriétés intéressantes.

C’est-à-dire?
La technologie garantit que l'électricité est dissociée de la source d'énergie et peut ainsi être mise sur le marché. Je peux donc vendre l'énergie au moment où elle est nécessaire et je ne suis pas obligé – comme c'est le cas actuellement avec l'énergie solaire – d'alimenter le réseau avec le surplus à tout prix. Un autre point fort de l'hydrogène: si je le brûle directement pour le chauffage, le résultat est au moins aussi efficace qu'un système de chauffage au mazout.

Dans les domaines de l'habitat ou des transports, on utilise toujours plus souvent des batteries puissantes. Quand est-il judicieux d'utiliser une batterie? Et quand un système de stockage de l'hydrogène est-il plus efficace?
Les batteries se prêtent au stockage à court terme. Toutefois, plus on veut économiser de l'énergie, plus la batterie sera lourde et coûteuse. Pour le stockage à long terme, un gaz tel que l'hydrogène présenterait un avantage. En effet: on peut stocker jusqu'à 39 kWh dans 1 kilo d’hydrogène, moins de 1 kWh dans une batterie lithium-ion.

La méthode de stockage sous forme d'hydrogène aide-t-elle les énergies renouvelables à faire une percée décisive?
Non, cela ne semble pas pouvoir être le cas dans un avenir proche, car cette technologie est pour l'heure beaucoup plus onéreuse que les combustibles fossiles. Cela ne tient pas aux possibilités techniques: elles existent. Mais nous devons nous défaire de l'idée que nous pouvons disposer des énergies renouvelables à des prix moins élevés que ceux des énergies fossiles. C’est un peu ce qui se passe lorsque le pétrole jaillit pour ainsi dire «gratuitement» hors de la terre alors que nous essayons, par des processus complexes et coûteux, de tirer le meilleur parti des technologies renouvelables, comme l’hydrogène. La lutte reste inégale. Qui veut miser sur les énergies renouvelables doit donc aussi être prêt à en assumer les coûts en tout temps.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • SV le 02.05.2016 11:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dynamo

    oui il faut faire des choix et en assumer les coûts...... choisir les moins pires des solutions c'est aussi accepter de revoir à la baisse nos consommations superflues !

  • Jacques Pilet le 02.05.2016 13:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mensonges gratuits

    Le pétrole qui jaillit gratuitement du sol ?!?! Vous en avez vu où en Suisse ? A côté des marmottes qui emballent le chocolat ?

  • Homo Cyber le 02.05.2016 11:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Solaire moins cher

    Votre expert se trompe au sujet des énergies fossiles. En Suisse, le pétrole ne jaillit pas gratuitement de la terre. Il faut faire des forages, le pomper, le transporter, le raffiner, le stocker, le brûler dans des installations volumineuses qu'il faut entretenir et ensuite dépolluer les fumées. Tout cela n'est pas gratuit et ces coûts n'existent pas avec les panneaux photovoltaiques.

Les derniers commentaires

  • Jean-Claude CASTELLA le 04.05.2016 23:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pourquoi pas ???

    je pense que même si cela est plus cher que d'autres énergie la production d'hydrogène est une solution que je préconise depuis longtemps, une fois la combustion terminée cela produit de l'eau ce qui permet de recommencer la production d'hydrogène, de plus certain constructeur automobile ont commencé à mettre au point des véhicules dans ce sens, en fait ne pas oublier que le pétrole et le gaz ne sont pas éternel.

  • Mélanie le 04.05.2016 22:48 Report dénoncer ce commentaire

    Hydrogène non polluant

    Patrick, ce que vous dites à propos de l'hydrogène est totalement faux. Tout élève ayant étudié les bases de la chimie, sait que l'hydrogène (H) est produit uniquement à partir de l'eau (H2O). Autrement dit en séparant par électrolyse les molécules d'eau, il sort de l'hydrogène (H2) d'un côté et de l'oxygène (O2) de l'autre. Il n'y a aucune production de gaz carbonique (CO2) puisque l'eau ne contient pas de carbone.

  • Kiki le 04.05.2016 18:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive le nucléaire

    Sauf quand ça explose

  • Patrick le 04.05.2016 13:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'hydrogène est aussi polluant que le gaz naturel

    Bien que le concept de stockage d'énergie soit un autre sujet, sachez que l'hydrogène est produit à partir du reformage du gaz naturel... Gaz Nat + Eau > H2 + CO2

  • Eugène le 04.05.2016 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    L'hidro gène et le gaz par

    et aussi explosive que le gaz (du moins pour l'instant)