Energy Challenge

12 juillet 2018 13:13; Act: 13.07.2018 14:39 Print

Les raisinets, la superfood locale

par Stephanie Sigrist - Les superfruits sont généralement importés de pays lointains, ce qui affecte l’environnement. Les raisinets cultivés localement ont pourtant les mêmes vertus et sont meilleurs pour notre planète.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Ces dernières années, nous avons vu naître une véritable mode des superaliments comme les baies de goji, l’avocat ou le thé matcha, censés notamment nous faire mincir ou préserver notre jeunesse. Ces aliments exotiques sont toutefois loin d’avoir des propriétés miracles pour notre planète, puisque leur culture intensive et leur expédition d’un bout à l’autre du globe ont des conséquences négatives sur leur bilan environnemental. Il existe des alternatives locales tout aussi saines et délicieuses à ces aliments, qui portent toutefois nettement moins atteinte à l’environnement. Un exemple de superfruit local est le raisinet, qui peut être récolté en Suisse de mi-juin à mi-août.

Les produits végétaux de la région sont bons pour l’environnement quand ils sont également de saison. Cela tient avant tout à l’énergie grise. Il s’agit de la quantité d’énergie nécessaire au «parcours de vie» du produit. Elle se trouve par exemple dans le besoin en chauffage et en électricité lors de la production et de la transformation des denrées alimentaires, dans le carburant consommé pour le transport, dans l’emballage du produit, ainsi que dans le besoin en électricité et en chaleur pour le stockage, la vente et la préparation. Lorsque les fruits et légumes poussent dans des serres chauffées, l’énergie de chauffage représente la part la plus importante de l’énergie grise. Les consommateurs soucieux de l’environnement devraient donc miser sur des fruits et légumes de saison cultivés en plein air.

Trois fois plus de vitamine C que le citron

D’après Fruit-Union Suisse, il existe plus de 50 variétés de raisinets. Elles ont toutes en commun une teneur élevée en vitamine C. Les cassis, qui sont en fait des raisinets noirs, contiennent en moyenne près de 180 milligrammes de vitamine C pour 100 grammes. C’est environ trois fois plus que le citron, qui affiche 50 milligrammes pour 100 grammes. Une seule poignée de cassis couvre donc pratiquement la totalité des besoins quotidiens en vitamine C d’un adulte.

Les raisinets atteignent tout de même environ 40 milligrammes de vitamine C pour 100 grammes. Cette substance incolore et inodore permet notamment de construire les fibres de collagène dans l’organisme, ce qui renforce le tissu conjonctif et, entre autres, agit contre la cellulite. Combinée avec les acides phénols et les flavonoïdes également contenus dans les groseilles, la vitamine C prévient par ailleurs le dépôt de cholestérol sur les parois des artères. Le risque d’hypertension et d’infarctus est ainsi réduit.

Moins de cholestérol et une meilleure digestion

Les raisinets affichent une plus haute teneur en fibres que d’autres fruits, ce qui réduit le taux de cholestérol tout en favorisant la digestion. Avec 280 milligrammes de potassium pour 100 grammes, la groseille contribue à contrôler la concentration en électrolytes après un entraînement difficile.

Il vaut mieux consommer les raisinets lorsqu’ils sont frais ou en faire de la gelée, de la confiture, du sirop ou de la liqueur dans les trois jours suivant la récolte, car ils ne se gardent pas longtemps et commencent vite à rendre du jus et à moisir. Si vous souhaitez les congeler, vous devez tout d’abord les détacher de la panicule avec une fourchette.