Energy Challenge

23 septembre 2018 16:15; Act: 26.09.2018 08:51 Print

Réduire les déchets grâce aux coupes menstruelles

par Stephanie Sigrist - Chaque mois, un nombre important de tampons et de serviettes hygiéniques atterrissent dans la poubelle ou dans les eaux usées. Mais il existe une alternative plus respectueuse de l’environnement, moins chère et plus saine.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

En moyenne, une femme devra utiliser quelque 12 000 tampons et serviettes hygiéniques au cours de sa vie. En Suisse, une boîte de 32 tampons sans applicateur coûte entre 3.50 et 4.95 francs. À cela, il convient d’ajouter les serviettes hygiéniques et les protège-slips, vendus par boîte de 20 à un prix pouvant s’élever à 5.20 francs selon la marque. Au cours de leur vie reproductive, les femmes suisses dépensent donc plusieurs milliers de francs en produits d’hygiène qui, après quelques heures d’utilisation, deviennent des déchets et sont jetés aux ordures. Cette situation constitue non seulement un fardeau pour le porte-monnaie, mais aussi pour l’environnement.

«Les serviettes hygiéniques et les tampons classiques sont problématiques. Tous les mois, ces articles sont produits, emballés, achetés, puis jetés après chaque utilisation. Ils représentent donc une source de déchets considérable dont la mise au rebut et le traitement ne peuvent pas toujours être réalisés de manière appropriée», explique Franziska Barthe-Neuhaus, responsable de la plateforme en ligne suisse Afriska.ch, dédiée à la vente de produits d’hygiène durables.

Les produits d’hygiène présentent un meilleur bilan énergétique lorsqu’ils proviennent des pays voisins
Lorsqu’ils sont jetés dans les toilettes au lieu d’être mis à la poubelle, les tampons et les serviettes hygiéniques peuvent par exemple obstruer les conduites. Les coupes menstruelles sont, elles, bien plus durables. «Il existe aujourd’hui un produit qui peut être utilisé chaque mois et dont la durée de vie est d’environ 10 ans. La fabrication d’une coupe menstruelle ne nécessite pas de pesticides, d’agents blanchissants, de parfums et autres toxines», précise Franziska Barthe-Neuhaus. Les fabricants soucieux de l’environnement utilisent des matériaux recyclés ou recyclables, ainsi que de l’encre végétale pour les emballages. «Le bilan énergétique et environnemental d’une coupe menstruelle produite dans un pays voisin est meilleur que celui d’une coupe menstruelle importée depuis un pays lointain. Cela devrait être une évidence», poursuit-elle. Financièrement, l’acquisition d’un tel produit est amortie après environ six mois.

La coupe menstruelle n’assèche pas la muqueuse vaginale
Outre les avantages écologiques et financiers, la spécialiste des questions de menstruation voit la durée d’utilisation comme un argument parlant en faveur des coupes menstruelles: «Selon le modèle, la coupe menstruelle peut récupérer autant, voire plus, de sang qu’un tampon ou qu’une serviette hygiénique. Ainsi, une coupe peut être portée pendant 10 à 12 heures sans devoir être vidée.» Contrairement aux tampons, les coupes menstruelles n’assèchent pas le vagin et sont donc bien meilleures pour la muqueuse vaginale. «Une coupe menstruelle de bonne qualité est entièrement constituée de silicone médical anti-allergénique et récupère le flux menstruel sans altérer la flore vaginale naturelle. Elle ne contient pas de toxines et ne laisse pas de fibres dans le vagin.» Grâce à sa composition, la coupe menstruelle ne provoque pas de dessèchement, de démangeaisons ou de rougeurs, et réduit le risque de mycoses vaginales.

Il existe aujourd’hui plus de 100 marques de coupes menstruelles dans le monde. À quels aspects faut-il prêter attention lors de l’achat d’une coupe? «Je donne souvent des conseils aux femmes pour les aider à choisir le bon modèle et la bonne taille. Ce qui compte, c’est que le modèle choisi soit exclusivement constitué de silicone médical ou d’un élastomère thermoplastique de haute qualité. La coupe menstruelle ne doit être ni trop molle, ni trop dure, afin de pouvoir être facilement insérée et retirée», explique Franziska Barthe-Neuhaus. Il est également important de choisir un modèle avec une capacité suffisante pour pouvoir le porter sur une longue durée en cas de flux abondant. Deux tailles sont généralement proposées: la petite coupe, destinée aux femmes sans enfants qui présentent des flux légers ou normaux, et la grande coupe, pour les femmes ayant déjà eu des enfants ou qui présentent des flux abondants. «Il convient également de choisir une marque dont le site de production se situe dans un pays voisin et dont les produits ne doivent pas traverser la moitié du globe.»
Pour les femmes qui ne souhaitent pas se passer des tampons ou des serviettes hygiéniques, Franziska Barthe-Neuhaus recommande les marques bio. «Il existe aussi des serviettes hygiéniques et des protège-slips en tissu, ainsi que des culottes et des éponges menstruelles. Ces produits constituent également des alternatives réutilisables, écologiques et saines aux tampons et serviettes hygiéniques.»

Pour plus d’informations sur les produits d’hygiène durables, rendez-vous sur www.afriska.ch.