Marche blanche à Lorient

13 juin 2019 15:59; Act: 13.06.2019 16:20 Print

«Courage aux familles, tous dans nos coeurs»

Des centaines de personnes ont participé à une marche blanche à Lorient pour le petit tué dimanche dernier par un chauffard qui est toujours recherché.

Sur ce sujet
Une faute?

Un millier de personnes ont défilé jeudi à Lorient, dans l'ouest de la France, en hommage à un garçon de 10 ans tué dimanche par un chauffard.

La victime sera inhumée en Turquie d'où sa famille est originaire.

Son cousin de sept ans, grièvement blessé lors de l'accrochage, est toujours hospitalisé dans un état grave.

Dans une ambiance très recueillie et en silence, le cortège s'est ébranlé dans les rues du port de Lorient, nombreux enfants en tête, a constaté un journaliste de l'AFP. Escorté par la police, il est passé par la voie de bus qu'avait empruntée le chauffard au moment de l'accident.

«Stop à la violence routière»

Le chauffard, un homme de 20 ans, est toujours recherché par la police. Sa passagère, une femme de 21 ans, s'est rendue mercredi soir à la police et a été aussitôt placée en garde à vue pour non assistance à personne à danger.

Le maire socialiste de Lorient Norbert Métairie s'est joint au cortège. «Courage aux familles, tous dans nos coeurs», pouvait-on lire sur une pancarte qui montrait des photos des deux jeunes victimes. Un panonceau appelait également à dire «Stop à la violence routière».

«En tant que mère, ça m'a touché. J'ai des enfants et ça peut arriver à tout le monde. En venant à cette marche blanche, j'ai voulu soutenir la famille», indique Sandra Aladin, 34 ans, venue avec ses trois filles et sa soeur.

Des roses blanches ont été distribuées aux participants avant le départ du cortège. Arrivés devant le lieu de l'accident, proche d'un fast-food et d'un garage, des participants ont levé les fleurs vers le ciel avant de les déposer à l'endroit du drame.

Toujours dans un état grave

«C'est touchant, le petit a l'âge de mon petit frère. J'ai voulu venir marcher et soutenir la famille. C'est émouvant, et ça fait mal», a lâché Caroline, 17 ans.

Au moment de la dispersion, beaucoup sont repartis en pleurant.

Mercredi, plus de 500 personnes, issues pour la plupart de la communauté franco-turque, ont assisté aux obsèques du garçon. En raison du grand nombre de participants, la cérémonie religieuse s'est déroulée dans un entrepôt de l'association culturelle turque de Lorient, au nord de la ville, non loin du lieu de l'accident.

La famille devait prendre l'avion mercredi soir à Paris pour la ville d'Agri, dans l'est de la Turquie, où le garçon doit être enterré.

A l'hôpital de Brest (ouest de la France), l'état de santé de son cousin grièvement blessé n'avait pas évolué mercredi.

(nxp/afp)