Grande-Bretagne

25 février 2016 01:16; Act: 26.02.2016 19:02 Print

«Elle a dit non, alors on la battait. Puis, elle a cédé»

Quatre homme et deux femmes ont été reconnus coupables dans une vaste affaire de viols d'adolescentes en Angleterre.

storybild

La ville de Rotherham, dans le Nord de l'Angleterre est secouée par un vaste scandale d'abus de quelque 1400 enfants, qui aurait eu lieu dans les années 1990. Le procès qui se terminera vendredi est l'une des étapes de cette affaire. (Image prétexte) (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Trois frères et leur oncle ont été reconnus coupables mercredi d'avoir exploité sexuellement des jeunes filles en Angleterre, à l'issue d'un procès qui a mis en lumière les manquements de la police et des services sociaux.

Deux femmes ont également été sanctionnées.

Elles ont été déclarées coupables d'avoir livré aux violeurs certaines de ces adolescentes, souvent en rupture familiale et qui avaient trouvé refuge auprès d'elles.

Deux frères ont quant à eux été reconnus coupables d'avoir violé à de multiples reprises quinze jeunes filles, dont la plus jeune était âgée de onze ans, entre 1987 et 2003 dans la petite ville de Rotherham, dans le nord de l'Angleterre.

Violée au moins une fois par jour

Leur jeune frère avait plaidé coupable de dix charges similaires, tandis que leur oncle a été reconnu coupable de conspiration en vue de viol.

Une des victimes a ainsi été violée au moins une fois par jour par plusieurs hommes, des sévices qui se sont poursuivis pendant plusieurs années.

«Au début, elle essayait de dire non, mais on la battait systématiquement, alors elle a rapidement appris à céder», a expliqué la procureure. L'un des hommes «l'a passée à ses frères, ses amis et, après un certain temps, à d'autres hommes pour payer ses dettes. Elle a été violée par de nombreux hommes d'origine asiatique, quotidiennement et jusqu'à trois fois par jour. Elle était vulnérable et pensait qu'il était son petit ami».

D'autres procès

«Personne, a regretté la procureure, ne semblait disposé à écouter» lorsque, au moment de ses retours au foyer pour enfants, elle faisait état des abus. On l'accusait au contraire de «trouver des excuses pour couvrir ses fugues». Les sentences seront prononcées vendredi.

Le procès s'inscrit dans un contexte plus vaste d'abus contre des enfants (le nombre estimé de victimes est de 1400 enfants) à Rotherham qui avaient causé une grande émotion au Royaume-Uni. D'autres procès sont attendus.

(nxp/ats)