Journaliste fessée en direct

11 décembre 2019 18:51; Act: 11.12.2019 18:51 Print

«Il m'a pris mon pouvoir, et j'essaie de le récupérer»

Victime d'un geste déplacé samedi en plein direct, Alex Bozarjian a porté plainte pour agression sexuelle, malgré les plates excuses du responsable.

Sur ce sujet
Une faute?

La journaliste américaine qui a reçu une fessée lors d'un duplex en direct d'une course ne compte pas en rester là. Après son coup de gueule sur Twitter, Alex Bozarjian a porté plainte pour agression sexuelle, rapporte TMZ. La jeune femme a raconté avoir senti un «vif pincement» quand le coureur l'a touchée. Elle a précisé que l'individu l'avait fessée et «pelotée en un même mouvement».

Les excuses de Tommy Callaway, 43 ans, n'ont pas l'air d'avoir amadoué la reporter de 23 ans. Dans une interview accordée à Inside Edition, l'individu est revenu sur l'incident: «Je m'apprêtais à lever les mains et à saluer la caméra pour le public. Il y a eu une erreur de jugement. J'ai touché l'arrière de son corps; je ne savais pas exactement où je l'avais touchée», a expliqué le quadragénaire, marié et père de deux enfants.

«C'était une terrible erreur»

L'homme a assuré être «déçu» de lui-même, ajoutant qu'il se sentait extrêmement mal d'avoir choqué Alex Bozarjian. Dans ses petits souliers, l'Américain a confié que s'il avait vu la réaction de la journaliste juste après son geste, il se serait arrêté pour lui présenter ses excuses. Le père de famille s'est ensuite adressé directement à la jeune femme: «Alex, je suis désolé. C'était un acte affreux. C'était une terrible erreur», a-t-il plaidé.


Interrogée par CBS This Morning, l'Américaine n'en démord pas. «Il a pris mon pouvoir, et j'essaie de le récupérer», a-t-elle confié. La reporter a raconté que Callaway avait essayé de contacter la chaîne pour laquelle, jurant qu'il n'avait pas l'intention de lui faire du mal. «Je ne vais pas entrer dans le débat, parce que le fait est qu'il m'a fait du mal», a-t-elle martelé. Parmi les très nombreux internautes qui ont apporté leur soutien à Alex Bozarjian, certains lui ont tout de même conseillé d'accepter les excuses de Callaway et de passer à autre chose.

«Tommy est un mari et un père aimant et nous ne nous attendons à aucune mise en accusation criminelle», a pour sa part réagi l'avocat du coureur, Joseph Turner. Une chose est sûre: l'organisateur de l'Enmarket Savannah Bridge Run a d'ores et déjà banni Callaway de toutes ses courses.

(joc)