Enlèvement en Italie

17 juillet 2018 22:17; Act: 17.07.2018 22:30 Print

«J'ai tout fait pour qu'il tombe amoureux de moi»

Kidnappée et séquestrée pendant six jours l'année dernière en Italie, une jeune femme de 21 ans explique comment elle s'y est prise pour que son ravisseur la libère.

Sur ce sujet
Une faute?

Un mois après la condamnation de son ravisseur à 16 ans et 9 mois de prison, le mannequin britannique Chloe Ayling s'est confié à la BBC. La jeune femme âgée de 21 ans a vécu six jours d'angoisse entre le 11 et le 17 juillet 2017, enlevée par un Polonais de 32 ans nommé Lukasz Herba.

Attirée à Milan sous le prétexte d'une séance de photos, Chloe aurait reçu une injection de kétamine avant d'être déshabillée et transportée dans le coffre d'une voiture jusqu'à une maison de campagne. Selon Chloe Ayling, son ravisseur lui aurait dit appartenir à un réseau occulte qui prévoyait de la vendre aux enchères comme esclave sexuelle sur internet.

Pour avoir la vie sauve, la Britannique a rapidement compris qu'elle devait profiter de l'affection que son kidnappeur lui vouait. «Plus nous parlions, plus le lien se créait en quelque sorte, et quand j'ai compris qu'il commençait à bien m'aimer, j'ai su que je devais en tirer avantage», confie le mannequin.

Après deux jours de captivité, Chloe a accepté de partager son lit avec Herba. L'homme lui a demandé un baiser et exprimé son désir de construire une relation avec elle. Rusée, la jeune femme a joué le jeu à fond. «Je me suis dit que c'était ma chance de m'en sortir. Quand j'ai vu à quel point il était excité quand j'évoquais le futur (...), j'ai compris qu'il fallait que je continue», raconte la demoiselle, qui ajoute: «Il fallait que je fasse tout ce que je pouvais pour qu'il tombe amoureux de moi.»



Des témoins avaient rapporté aux autorités avoir vu Chloe et son ravisseur se promener main dans la main et prendre du bon temps dans un café. La Britannique se justifie: «Pourquoi aurais-je dû être distante avec une personne qui commençait à avoir des sentiments pour moi et qui se basait là-dessus pour me libérer?»
La stratégie de Chloe s'était avérée payante: le Polonais l'avait ramenée à Milan et relâchée près du consulat britannique, au motif qu'elle avait un jeune fils, selon elle.

Au tribunal, la défense de Herba avait affirmé que le mannequin avait organisé cet enlèvement avec le Polonais afin de gagner en popularité et de relancer sa carrière professionnelle. Au Royaume-Uni, beaucoup de monde avait accusé la jeune femme de mentir et de ne montrer aucun émotion après ce drame. Chloe explique qu'elle essayait simplement de se détacher de cette histoire traumatisante, soulignant que la plupart des critiques émanaient de femmes: «Cela fait mal, parce que je ne m'attendais pas à vivre quelque chose de si dur et d'être lâchée par mon propre pays», conclut-elle.

(joc)