Mexique

14 janvier 2020 22:28; Act: 14.01.2020 22:28 Print

«La Catrina», 21 ans, ne sèmera plus la terreur

Maria Guadalupe Lopez Esquivel, qui était l'une des têtes pensantes du Cartel de Jalisco Nouvelle Génération, a trouvé la mort vendredi dans un affrontement avec les forces de l'ordre.

Sur ce sujet
Une faute?

L'une des plus redoutables cheffes de cartels mexicains est décédée vendredi dernier à La Bocanda, dans l'est du pays. Maria Guadalupe Lopez Esquivel, alias «La Catrina», a trouvé la mort lors d'un affrontement entre son gang et les forces de sécurité, rapporte «El Universal». Alors qu'ils menaient une perquisition dans une maison, policiers et militaires ont été pris dans une embuscade et attaqués par des membres du Cartel de Jalisco Nouvelle Génération (CJNG). Six criminels ont été capturés et la jeune femme de 21 ans, touchée par balle à la gorge, n'a pas survécu.

Une vidéo tournée par des militaires montre «La Catrina» assise par terre, peinant à respirer. «Calme-toi chérie, l'hélicoptère vient te chercher. Relax, ça va aller. Essaie de t'accrocher», lui dit un soldat. La Mexicaine succombera plus tard à ses blessures.

Le CJNG avait notamment massacré treize policiers dans une autre embuscade en octobre dernier.

Dans un premier temps, les autorités n'ont pas confirmé l'identité de la jeune femme décédée. Mais des photos et vidéos circulant sur les réseaux sociaux montraient la Mexicaine étendue sur un brancard, un tatouage «Catrina» sur la cuisse.

Selon la presse locale, la jeune femme avait rendez-vous avec Miguel «M2» Fernandez, autre chef du CJNG, quand la fusillade a éclaté. L'individu serait sorti indemne de l'affrontement. Au cours de l'opération de vendredi, les forces de sécurité ont confisqué des documents indiquant que «La Catrina» était la personne chargée de payer un groupe d'espions qui filtraient ensuite les informations destinées au cartel. Ils étaient payés 200 francs par semaine. Dans un enregistrement rendu public, on peut entendre «La Catrina» confirmer les ordres donnés par «M2» avant l'attaque du mois d'octobre.

Tueuse à gages à 18 ans

Fille d'un paysan et d'une femme au foyer, Maria Guadalupe Lopez Esquivel a grandi à Tepalcatepec, où elle avait la réputation de préférer faire la fête plutôt qu'étudier. «Cette gamine était plus intéressée à traîner dans la rue et à conduire sa moto qu'à poursuivre ses études. Puis, elle a commencé à déraper et à tomber dans la drogue», racontent des voisins.

En 2017, la jeune femme rejoignait le CJNG en tant que tueuse à gages. Elle s'occupait notamment des comptes du cartel et de l'embauche de nouveaux membres, mais menait également des enlèvements et autres extorsions.


(joc)