États-Unis

19 septembre 2019 10:55; Act: 19.09.2019 11:05 Print

«Votre ami agonise, et vous restez là, à filmer»

Un jeune de 16 ans a été attaqué et poignardé à mort, lundi près de New York. Une cinquantaine d'ados ont assisté à la scène, sans intervenir mais en dégainant leur smartphone.

Sur ce sujet
Une faute?

Un adolescent de 16 ans a trouvé la mort sur le parking d'un centre commercial d'Oceanside (New York), lundi soir. Khaseen Morris a été violemment attaqué par plusieurs individus, dont l'un d'entre eux lui en voulait pour une histoire de coeur. Selon la police du comté de Nassau, environ 50 jeunes ont assisté à l'altercation. Mais au lieu d'intervenir, ils ont préféré dégainer leur téléphone portable et poster des vidéos de l'agression sur les réseaux sociaux. Beaucoup de témoins ont continué de filmer alors que l'adolescent, poignardé dans la poitrine, agonisait au sol.


Khaseen a succombé à ses blessures à l'hôpital, rapporte le «New York Times». Il aurait eu 17 ans le mois prochain. «Ils ont filmé sa mort au lieu de l'aider. Votre ami est en train de mourir, et vous restez là à faire des vidéos. C'est odieux», s'est indigné le lieutenant détective Stephen Fitzpatrick lors d'une conférence de presse. Mercredi, un suspect âgé de 18 ans a été arrêté et mis en examen pour meurtre, selon NBC.

Selon la soeur de la victime, Khaseen venait d'emménager à Oceanside avec sa famille et ne fréquentait sa nouvelle école que depuis une dizaine de jours. «Il avait le sourire jusqu'aux oreilles lors de son premier jour», se souvient Keyanna Morris, 30 ans. D'après la police, l'agresseur de Khaseen était jaloux de lui. Le week-end précédent, l'adolescent avait raccompagné chez elle une fille après une fête, pour éviter qu'elle ne rentre seule. Fou de rage, l'ex-copain de la demoiselle avait alors commencé à menacer celui qu'il considérait comme son rival. «Il disait que si on l'attaquait, il se défendrait, mais qu'il ne voulait pas provoquer de bagarre», confie sa soeur.

Keyanna Morris a vu la vidéo de la mort de son frère, qui s'est propagée rapidement sur les réseaux sociaux. Ses collègues et la communauté locale ont signalé sans relâche ces images, qui ont fini par être supprimées de la Toile. «J'espère qu'elles ne réapparaîtront pas», ajoute la soeur de la victime, qui était déjà très appréciée dans son nouveau lycée.

(joc)