Tadjikistan

03 avril 2019 18:08; Act: 04.04.2019 06:57 Print

Condamnée pour une fête avec ses amis

La justice a annoncé mardi que Firouza Hafizova, une pop-star locale, avait été amendée pour avoir dansé avec des amis chez elle.

storybild

Firouza Hafizova a écopée d'une amende de quelque 526 francs pour une fête en l'honneur de son anniversaire. (Photo: Instagram)

Une faute?

Une chanteuse tadjike a été condamnée à une amende pour avoir célébré son anniversaire avec des amis plutôt que des membres de sa famille comme l'exige une loi de ce pays d'Asie centrale.

Le parquet tadjik a annoncé mardi que Firouza Hafizova, une pop-star locale, avait dû payer l'équivalent de 470 euros (quelque 526 francs) après l'apparition d'une vidéo où on la voit danser chez elle avec des amis.

Alors qu'elle «célébrait son anniversaire chez elle le 12 décembre entre 20h et 23h, ses amies et des connaissances sont venues», a expliqué le parquet dans un communiqué.

Extorquer de l'argent

La loi sur les fêtes privées «dans le cercle familial» a été promulguée en 2007, officiellement pour décourager les dépenses somptueuses lors des mariages ou autres célébrations, une pratique fréquente dans ce pays pourtant pauvre.

Les critiques affirment que cette mesure permet surtout aux officiels tadjikes d'extorquer d'importantes sommes d'argent aux particuliers. L'amende de la chanteuse équivaut à plus de deux mois de salaire moyen au Tadjikistan.

La musique de Firouza Hafizova mélange mélodies traditionnelles perses et électro pop. Certains de ses clips ont été vus plus d'un million de fois sur YouTube.

Un précédent

En 2015, un homme avait été condamné à une amende similaire pour avoir fêté son anniversaire dans un bar avec des amis. Il avait lui aussi été rattrapé par la justice après avoir posté en ligne une photo de ses amis et du gâteau.

Les autorités tadjikes réprimandent régulièrement les chanteurs pour des délits mineurs et l'Etat s'assure que leurs thèmes restent patriotiques et pro-gouvernementaux.

En février, le cabinet du président Emomali Rakhmon avait néanmoins appelé les chanteurs à cesser de chanter les louanges du chef de l'Etat.

Mise en garde

En Ouzbékistan, pays voisin, les autorités ont aussi récemment mis en garde contre les chansons faisant l'éloge du président Chavkat Mirziïoïev, qui suit une stratégie d'ouverture depuis son arrivée au pouvoir.

En janvier, les services fiscaux tadjiks ont publié la liste de plus de 100 célébrités accusées d'évasion fiscale, notamment pour n'avoir pas déclaré leurs concerts lors de mariages.

(nxp/afp)