Voiture piégée

04 mai 2012 08:09; Act: 04.05.2012 08:16 Print

Double attentat dans le Caucase russe

Au moins 12 personnes ont été tuées et plus de 100 blessées dans un double attentat à la voiture piégée dans la nuit de jeudi à vendredi dans le Caucase russe.

storybild

Des kamikazes auraient déclenché les bombes. (Photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

«Douze personnes ont été tuées et plus de 100 blessées» dans ces explosions de forte puissance survenues jeudi peu après 22H00 (18H00 GMT) dans la banlieue de Makhatchkala, capitale du Daguestan, a précisé dans un communiqué le comité qui a ouvert une enquête pour «terrorisme».

Un responsable du ministère des Situations d'urgence cité par l'agence Ria Novosti a fait état de 13 morts et 109 blessés, dont 83 ont été hospitalisés, certains dans un état grave.

Selon les premiers éléments de l'enquête, une voiture piégée stationnée près d'un poste de police a explosé jeudi à 22H10 (18H10 GMT). Après l'arrivée sur les lieux de policiers, pompiers et membres de l'antenne locale du ministère russe des Situations d'urgence, une seconde voiture piégée a explosé.

«A la suite de la seconde explosion, 12 personnes, parmi lesquelles sept policiers, trois membres du ministère des Situations d'urgence et deux habitants de la région ont été tués», a précisé le comité d'enquête, principal organe chargé des investigations criminelles en Russie.

L'explosion de la première bombe dans une voiture piégée de la marque Lada VAZ était d'une puissance équivalente à 50 kilogrammes de TNT, selon le comité d'enquête, ajoutant que la puissance de la seconde bombe était en cours d'évaluation.

Kamikazes

Au cours des investigations effectuées sur les lieux des explosions, les enquêteurs ont découvert des fragments de corps d'un homme et d'une femme qui pourraient laisser penser qu'il s'agit de kamikazes ayant déclenché les bombes, a indiqué une source au sein du Comité antiterroriste de Russie, cité par l'agence Itar-Tass. «Ces actes montrent le vrai visage des terroristes», a ajouté cette source.

Début mars, cinq policiers avaient été tués au Daguestan un attentat suicide commis par une femme kamikaze visant un poste de police dans le village de Karaboudakhkent.

Cette attaque avait été perpétrée deux jours après l'élection présidentielle remportée par le Premier ministre Vladimir Poutine, qui avait lancé la deuxième guerre en Tchétchénie en 1999 et affirme avoir normalisé la situation dans le Caucase.

Après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996) entre forces fédérales russes et indépendantistes, la rébellion s'est progressivement islamisée et a de plus en plus débordé hors des frontières de la petite république pour se transformer au milieu des années 2000 en un mouvement islamiste armé actif dans tout le Caucase du Nord.

Le Daguestan est particulièrement touché par ces violences.

(afp)