Maternité indienne

25 février 2011 11:52; Act: 25.02.2011 12:05 Print

Douze femmes meurent en 10 jours

Douze femmes sont mortes en dix jours dans un hôpital public indien peu après avoir accouché.

Une faute?

«Douze femmes sont mortes après avoir donné naissance et trois sont dans une unité de soins intensifs, dans un état jugé sérieux. Elles sont mortes parce qu'elles ont perdu trop de sang», a déclaré Narendra Chaggani, un médecin de l'hôpital Umaid de Jodhpur, au Rajasthan (ouest).

Ces décès ont entraîné l'ouverture tardive d'une enquête sur un stock suspect de liquides administrés par intraveineuses, a indiqué vendredi une sources médicale et policière.

Les décès, qui se sont produits à partir du 13 février, mettent en lumière les conditions souvent déplorables des établissements publics de santé en Inde.

Hôpitaux sous-équipés

«Après leur mort, le liquide (injecté par intraveineuse) a été testé et des bactéries ont été retrouvées», a ajouté le même médecin, après la révélation de l'affaire vendredi dans plusieurs quotidiens. Onze femmes sur les douze ont accouché sans problème tandis qu'un bébé est mort par accouchement prématuré, a ajouté le Dr Changani. L'enquête porte sur le fabricant et le fournisseur des liquides.

L'Inde a un système médical à deux vitesses. Avec d'un côté des hôpitaux publics sous-équipés à la limite de l'insalubrité et de l'autre des centres médicaux privés dotés d'infrastructures modernes qui accueillent l'élite du pays et les Occidentaux venus se faire soigner à moindre coût.

(ats)