Pays-Bas

21 octobre 2019 16:25; Act: 21.10.2019 16:54 Print

Famille recluse: le «père» reste en prison

Un homme est soupçonné d'avoir retenu illégalement et violenté pendant plusieurs années une famille aux Pays-Bas.

Une faute?

Un juge néerlandais a ordonné lundi le maintien en détention pour deux semaines supplémentaires d'un homme de 67 ans, père d'une famille qui vivait recluse durant presque une décennie dans une ferme du nord des Pays-Bas.

L'homme, identifié par les médias comme Gerrit Jan van D., a été arrêté jeudi, quelques jours après que la police eut découvert une famille de sept personnes dans une petite pièce fermée au sein d'une bâtisse à Ruinerwold, un village de la province de Drenthe (nord). Ils y auraient vécu reclus depuis 2010.

L'homme est soupçonné d'atteinte à la liberté et à la santé d'autrui ainsi que de blanchiment d'argent après que lui et ses six enfants supposés eurent été découverts dans cette ferme, où la police a trouvé de l'argent en liquide après avoir fouillé les lieux.

«Le juge d'instruction a prolongé de 14 jours la détention provisoire du suspect de Ruinerwold, âgé de 67 ans», a déclaré dans un tweet le Ministère public, sans donner plus d'informations.

Le groupe de sept personnes, qui vivait reclus dans la ferme, prétend former une famille: l'homme de 67 ans serait le père des six jeunes gens - aujourd'hui tous adultes -, dont celui qui a donné l'alarme après s'être enfui dans un bar local.

Il s'agit de la deuxième arrestation dans cette affaire, qualifiée d'«exceptionnelle» par la police: le locataire de la ferme, un Autrichien de 58 ans identifié par les médias comme Josef B., avait été arrêté mardi.

Un juge a ordonné jeudi son maintien en détention pour deux semaines supplémentaires. Le juge décidera à une date ultérieure d'inculper ou non le suspect.

Le père de famille était membre dans les années 1980 de la branche néerlandaise de la secte Moon, organisation religieuse controversée née en Corée du Sud, également appelée Église de l'Unification, selon Wim Koetsier, porte-parole de l'organisation aux Pays-Bas.

M. Koetsier «suspecte fortement» le père d'avoir créé son propre groupe «avec quelqu'un d'autre», a rapporté l'agence de presse néerlandaise ANP. Il affirme cependant que Josef B. «n'a jamais été un membre».

(nxp/afp)