«Big Brother» en Espagne

02 décembre 2019 12:44; Act: 02.12.2019 13:10 Print

Forcée de regarder la vidéo de son agression sexuelle

Une candidate de la célèbre émission de téléréalité a découvert, au «confessionnal», qu'elle avait été sexuellement agressée dans son sommeil. Un procès devrait s'ouvrir bientôt.

Une faute?

Les yeux rougis, elle secoue la tête de stupéfaction et cache son visage effaré dans ses mains. Convoquée au «confessionnal», Carlota Prado est comme figée face aux images qui défilent devant elle. Et pour cause: la candidate de la version espagnole de «Big Brother» est en train de découvrir qu'elle a été sexuellement agressée la veille, après une soirée copieusement arrosée.

«S'il vous plaît, arrêtez maintenant, s'il vous plaît», demande-t-elle à «La Voix», sa seule interlocutrice à ce moment-là. Visiblement choquée, la jeune femme fait les cent pas dans la pièce, suppliant qu'on la laisse sortir. Mais on lui demande d'attendre. Cette scène, enregistrée en novembre 2017 mais jamais diffusée, a été récemment publiée par le média espagnol «El Confidencial». Et l'affaire, qui n'est pas sans rappeler le cynisme de la série «Black Mirror», fait maintenant l'objet d'une enquête criminelle.


Retour au 4 novembre 2017. Dans la maison de Big Brother, Carlota Prado s'est récemment mise en couple avec Jose Maria Lopez, un autre candidat. Après une soirée alcoolisée, le jeune homme raccompagne sa nouvelle petite amie dans sa chambre et l'aide à se mettre au lit. Il tente alors une approche, mais Carlota lui répond «Non, je ne peux pas». Malgré le refus de la candidate, Lopez se couche avec elle et la pénètre pendant plusieurs minutes alors que celle-ci est endormie. Il est finalement interrompu par la production, qui lui demande via haut-parleur d'arrêter ce qu'il est en train de faire. Quelques heures plus tard, le candidat est écarté du jeu, et Carlota est convoquée au confessionnal, où on lui montre les terribles images.

Zeppelin, la société qui produit «Big Brother» en Espagne, a signalé les faits à la police. Dans un premier temps, la victime présumée a préféré ne pas en faire de même. Elle a passé plusieurs jours dans un hôtel avant de faire son retour dans l'émission. La jeune femme a finalement parlé de cette agression en 2018. En octobre dernier, le juge en charge du dossier a estimé qu'il existait suffisamment d'éléments allant dans le sens d'une agression sexuelle pour qu'un procès ait lieu. Lopez, lui, nie en bloc, rapporte la BBC. «Il a passé la nuit à s'occuper de Carlota quand il a réalisé qu'elle était ivre», a fait savoir Me Antonio Madrid, l'avocat de la défense.


Dans un communiqué publié mercredi, Zeppelin a assuré travailler au renforcement de ses équipes pour gérer ce genre de situations. La société a par ailleurs annoncé qu'elle bannissait l'alcool de ses futures émissions. Endemol Shine Group, la compagnie à l'origine de la création de «Big Brother», affirme pour sa part que les images de l'agression n'ont jamais servi comme divertissement. La société ajoute que les vidéos ont été cryptées et transmises à la police après la plainte déposée par la jeune femme. «Cependant, avec le recul, nous regrettons que Carlota ait été informée dans le confessionnal», a concédé Endemol.

De grandes entreprises ont mis fin à leur parrainage publicitaire de la version espagnole de «Big Brother». Au moins vingt entreprises (dont Nestlé, Schweppes, Nissan, L'Oréal et la banque BBVA, l'une des dernières en date jeudi 28 novembre) ont annoncé depuis plusieurs jours sur Twitter avoir retiré leurs publicités de l'émission de téléréalité diffusée par Telecinco, la chaîne la plus regardée d'Espagne, après une campagne sur les réseaux sociaux.

(joc/afp)