Argovie

08 janvier 2016 17:37; Act: 08.01.2016 17:37 Print

Funérailles de victimes du quadruple meurtre

Près de 500 personnes ont assisté vendredi à la cérémonie funéraire de trois des quatre personnes tuées à Rupperswil.

Voir le diaporama en grand »
La procureure avait renoncé à faire appel dans un premier temps. Mais après le recours du condamné, elle s'y est décidé dans le délai légal. (Lundi 22 octobre 2018) Thomas N. fait recours contre son internement. (Jeudi 13 septembre 2018) Georg Metger (à droite), compagnon de la mère assassinée, publie un livre sur le drame. (Vendredi 13 avril 2018) Thomas N. (à gauche) a été reconnu coupable de tous les chefs d'accusation. Il a été condamné à la perpétuité, assortie d'un internement ordinaire. (Vendredi 16 mars 2018) La procureure Barbara Loppacher s'est déclarée satisfaite du verdict. (Vendredi 16 mars 2018) L'avocate de Thomas N., Renate Senn, veut d'abord lire l'énoncé et les motifs du verdict avant de décider quelles suites à donner. (Vendredi 16 mars 2018) L'avocat Markus Leimbacher (gauche) et Georg Metger, le compagnon de la mère Carla S., ont exprimé leur soulagement au sortir de l'audience. (Vendredi 16 mars 2018) Thomas N. (au centre), avec son avocate Renate Senn. L'accusé âgé de 34 ans, portait une chemise grise et un Jeans avec une barbe de trois jours. Il est entré dans la salle sans menottes. (Mardi 13 mars 2018) Quelque 65 représentants des médias tant suisses qu'internationaux se sont fait accréditer pour le procès et quelques dizaines de particuliers y assistent. (Mardi 13 mars 2018) Un portique de sécurité a été installé et chacun doit montrer ses documents, passer au détecteur de métaux et passer une fouille de ses affaires. Les premiers journalistes sont arrivés plus d'une heure avant le début de l'audience. (Mardi 13 mars 2018) La police cantonale argovienne a mené des contrôles serrés à l'approche du bâtiment où a lieu le procès. (Mardi 13 mars 2018) Pour des raisons de place et surtout de sécurité, le procès se déroulera dans un bâtiment de la police argovienne à Schafisheim (AG). (Mardi 13 mars 2018) Le Ministère public argovien a inculpé Thomas N, le Suisse de 34 ans dans l'affaire du quadruple assassinat de Rupperswil (AG). (Vendredi 8 septembre 2017) Thomas N. était connu dans la région pour entraîner l'équipe locale de foot junior. Etudiant, il vivait toujours chez sa mère et passait pour un solitaire. Une expertise sur la responsabilité pénale de l'auteur présumé du quadruple meurtre de Rupperswil (AG) et sur son risque de récidive va être diligentée par le Ministère public argovien. Cette procédure et les interrogatoires vont durer plusieurs mois. Le procureur Philippe Umbricht informe les médias que selon les premiers éléments de l'enquête, l'auteur présumé du quadruple attentat, qui avait abusé sexuellement d'une des 4 victimes, âgée de 13 ans, n'avait auparavant jamais commis de tels actes pédophiles. (lundi 16 mai 2016) L'auteur présumé du quadruple assassinat de Rupperswil (AG) a été arrêté. Il s'agit d'un Suisse de 33 ans domicilié dans la commune. Il a avoué. (Vendredi 13 mai 2016) Les enquêteurs pensent que l'assassin présumé était sur le point de perpétrer un autre crime selon le même schéma. Ils ont retrouvé chez lui un sac à dos contenant une arme et du matériel de ligotage. (Vendredi 13 mai 2016) La police aurait procédé à plusieurs arrestations, selon la télévision alémanique. Une conférence de presse est attendue dans l'après-midi. (Vendredi 13 mai 2016) La police est en train d'analyser des milliers de données de téléphones portables, afin de tenter d'élucider le quadruple meurtre de Rupperswil (AG). (Vendredi 11 mars 2016) Les funérailles de la mère de 48 ans et de ses deux fils de 13 et 19 ans assassinés le 21 décembre 2015 ont eu lieu le 8 janvier 2016. Le directeur de la justice Urs Hofmann promet dans une interview au que le ou les meurtriers seront arrêtés. (8 janvier 2016) Quatre personnes ont été trouvées mortes lundi 21 décembre 2015 en fin de matinée dans une maison en feu à Rupperswil (AG). La population, sous le choc, a déposé des bougies et des messages en mémoire des victimes. (24 décembre 2015). La police a déployé de gros moyens pour trouver des éléments dans ce qui s'avère être un quadruple homicide déguisé en incendie. Elle diffuse son appel à témoins en allant directement voir la population. (24 décembre 2015). L'affichette de l'appel à témoins. (24 décembre 2015). En l'état, l'enquête a pu déterminer que l'incendie a été provoqué de manière intentionnelle, en vue de masquer le quadruple homicide. Une procédure pour multiple meurtre a été ouverte. L'alerte a été donnée en fin de matinée, le lundi 21 décembre: une maison familiale située dans un quartier résidentiel de Rupperswil, localité située entre Aarau et Lenzbourg, était la proie des flammes. L'incendie a été maîtrisé rapidement. Des spécialistes de la police, des médecins légistes et des représentants du procureur se sont aussi rendus sur les lieux. Afin d'établir les circonstances exactes de ce crime, le Ministère public a ordonné l'autopsie des quatre corps.

Une faute?

L'église réformée n'était pas assez grande pour accueillir tout le monde. Près de 200 personnes ont suivi la cérémonie dans la salle paroissiale. Plusieurs représentants des églises et du monde politique ont assisté aux funérailles de la femme de 48 ans et de ses deux fils de 13 et 19 ans. Le ministre argovien de la justice Urs Hofmann était présent, a constaté sur place un journaliste de l'ats.

Les funérailles de la quatrième victime, l'amie de l'aîné des deux garçons tués, ont lieu samedi à Hunzenschwil (AG). La famille prie les personnes qui assisteront à cette cérémonie de ne pas porter de vêtements de deuil, mais de mettre des baskets comme leur fille aimait en porter.

Incendie pour brouiller les pistes

La mère de famille, ses deux garçons et l'amie de l'aîné, âgée de 21 ans, ont été retrouvés morts dans une habitation en flammes le 21 décembre à Rupperswil. Les corps portaient des blessures à l'arme blanche. Le ou les meurtriers ont aussi bouté le feu à la maison pour brouiller les pistes.

Les enquêteurs ont pu écarter la piste du drame familial, mais le quadruple meurtre reste inexpliqué à ce jour. Des caméras de surveillance ont filmé la mère à deux reprises alors qu'elle retirait de l'argent à un bancomat le matin du meurtre.

(nxp/ats)