France

16 mars 2019 03:47; Act: 16.03.2019 03:47 Print

Haute-Saône: un trafic d'héroïne démantelé

Six hommes et six femmes ont été arrêtés jeudi soir pour trafic d'héroïne dans la région de Lure, en Haute-Saône.

storybild

(Photo: Google Maps)

Une faute?

Douze personnes ont été interpellées jeudi soir dans le cadre d'une enquête sur un trafic d'héroïne en milieu rural depuis plus d'un an en Haute-Saône, a indiqué vendredi le parquet de Lure. Les six hommes et six femmes sont âgés de 29 à 48 ans.

Les douze suspects sont en garde à vue pour «acquisition, transport, détention, offre et cession de produits stupéfiants», ainsi que pour «blanchiment de trafic de produits stupéfiants et non-justification de ressources», a indiqué le procureur, Emmanuel Dupic. Leurs gardes à vue ont été prolongées vendredi. Ils devraient être présentés à un magistrat instructeur dimanche en vue de leurs éventuelles mises en examen.

Selon les investigations et les surveillances de la brigade de recherches de Lure et la section de recherches de Besançon, chargées de l'enquête, un quadragénaire, domicilié à Maxéville (Meurthe-et-Moselle), aurait réalisé une trentaine de livraisons à une vingtaine de clients réguliers habitant à Lure, Roye et les environs, entre janvier 2018 et mi-mars 2019, a relaté M. Dupic.

Il a été interpellé «jeudi à minuit», en flagrant délit avec sa compagne, à bord d'un véhicule, dans le village de Breuches (Haute-Saône), alors qu'il s'apprêtait à livrer de l'héroïne. Il était en possession d'une arme de poing et de drogue. Les dix autres protagonistes ont été interpellés dans le département et en Meurthe-et-Moselle.

Connus de la justice

«C'est un trafic dont l'approvisionnement se fait, comme c'est souvent le cas pour la région, à Nancy», a commenté M. Dupic.

Aux domiciles de trois suspects, les enquêteurs ont saisi 65'000 euros en liquide - dont 50'000 dans l'habitation du fournisseur présumé - et quatre véhicules dont une berline.

Parmi les douze trafiquants présumés, «certains ne travaillaient pas, d'autres font des petits boulots et la grande majorité est déjà connue de la justice, notamment pour des trafics de stupéfiants», a ajouté le magistrat.

(nxp/ats)