États-Unis

26 février 2019 14:41; Act: 26.02.2019 18:16 Print

Il pensait avoir survécu au pire, le destin s'acharne

Après avoir enduré deux nuits glaciales coincé dans sa voiture, un quinquagénaire a appris à l'hôpital qu'il souffrait d'un cancer de stade 4.

storybild

L'Américain, père de deux enfants, refuse de se laisser abattre. (Photo: GoFundMe)

Une faute?

William Mendoza était au volant de sa voiture en pleine tempête de neige, le 6 février à Fargo (Dakota du Nord), quand les conditions sont devenues infernales. Par précaution, l'Américain de 59 ans est sorti de l'autoroute pour se trouver un endroit où passer la nuit. Le blizzard était cependant si violent que William, qui n'y voyait strictement rien, s'est planté dans un ravin, sans aucun moyen d'appeler à l'aide: la batterie de son téléphone était à plat.

Le malheureux, qui souffre de diabète, est resté coincé dans sa voiture pendant deux nuits glaciales, sans eau ni nourriture. Sa femme Vicki, elle, était morte d'inquiétude: «Je ne dormais pas la nuit, je faisais les cent pas, paniquée et impuissante. Je pensais qu'il était décédé», confie-t-elle. Le 8 février, un employé d'une compagnie de téléphonie a repéré William, dont la température corporelle avait chuté à 32 degrés.

Joie de courte durée

Le père de famille a été soigné à l'hôpital, où la joie d'avoir échappé au pire a été de courte durée, écrit «People». En pratiquant des examens, le personnel médical s'est rendu compte que le patient souffrait d'un carcinome rénal de stade 4, un cancer rare qui se forme dans les tubules du rein. Les médecins ont également découvert que la maladie s'était étendue dans d'autres parties de son corps, dont son cerveau. Ce qui pourrait d'ailleurs expliquer pourquoi William a eu tant de mal à s'orienter pendant la tragique soirée du 6 février.

La famille du quinquagénaire a lancé une collecte de fonds pour financer son traitement. Une opération du cerveau est notamment prévue. William, lui, refuse de se laisser abattre: «Je suis déterminé à faire tout ce qu'il faudra pour combattre cela.»


(joc)