Etats-Unis

15 septembre 2016 18:17; Act: 15.09.2016 18:22 Print

Il s'est servi d'un bébé de 6 jours comme d'un sextoy

Un pédophile britannique a été condamné mardi à 235 ans de prison pour avoir abusé et exploité huit enfants. La plus jeune n'était qu'un nouveau-né.

storybild

Les larmes de Jason Kopp n'ont pas eu d'effet sur le juge.

Sur ce sujet
Une faute?

Jason Kopp a été condamné à 235 ans de prison mardi par la cour fédérale de Syracuse (New York). En mai dernier, le Britannique de 40 ans a plaidé coupable d'avoir pris des photos sexuellement explicites de deux enfants. En plus de ces deux victimes, qu'il avait pu piéger grâce à l'aide d'une complice, le quadragénaire a exploité et sexuellement abusé de six autres bambins. La plus jeune était une petite fille âgée de 6 jours, rapporte le site Syracuse.com.

«Je suis désolé de vous avoir fait du mal et de vous avoir infligé douleur et souffrance. Rien de tout cela n'est de votre faute. J'espère que vous pourrez me pardonner», a déclaré l'accusé en s'adressant à ses victimes. Le Britannique a ajouté qu'il pleurait tous les soirs après ce qu'il avait fait. «Ce n'est pas moi. Je ne suis pas cette personne», a-t-il assuré.

550 ans requis

Pour éviter que l'accusé ne parvienne à amadouer le juge, l'assistante du procureur a rappelé que Jason Kopp avait envoyé des SMS exprimant sa joie après avoir abusé du nouveau-né. Dans ces textos, le Britannique expliquait qu'il avait réalisé son rêve en maltraitant le bébé de six jours, qu'il qualifiait de «sextoy». Le procureur n'a pas caché son écoeurement: «Cela vous coupe le souffle. Non seulement ses rêves étaient malsains mais il les a concrétisés. Il a horriblement blessé de jeunes enfants et marqué des gens pour le reste de leur vie», a déclaré Richard Hartunian.

Lisa Fletcher, l'assistante du procureur, avait requis une peine de 550 ans de prison. Elle estimait qu'une longue peine d'emprisonnement enverrait un message fort aux autres pédophiles. Le juge s'en est tenu à 235 ans. La complice du Britannique doit comparaître devant la cour au mois de novembre.

(joc)