Bulgarie

17 janvier 2020 21:13; Act: 17.01.2020 21:17 Print

Ils «épousaient» des morts pour voler leurs biens

La justice bulgare a démantelé un réseau d'escrocs qui établissaient de faux certificats de mariage, avec des défunts, pour mettre la main sur leurs biens.

storybild

Une membre du réseau - fonctionnaire municipale - supprimait des registres les héritiers éventuels et délivrait des certificats de mariage antidatés avec les défunts. (photo: AFP/Illustration)

Une faute?

Un policier et une fonctionnaire municipale de Sofia étaient impliqués dans ce groupe criminel qui opérait depuis cinq ans et avait acquis de cette manière au moins quinze propriétés d'une valeur de plus de 500 000 euros. «Le rôle du policier était de rechercher des gens âgés ou morts récemment qui possédaient de l'immobilier de valeur et de l'argent. La fonctionnaire municipale supprimait des registres les héritiers éventuels» et délivrait des certificats de mariage antidatés avec les défunts, a expliqué vendredi, dans un communiqué, le parquet spécialisé dans la criminalité organisée.

Les trafiquants veillaient également à ce que les victimes n'aient pas de famille proche. «C'est un schéma inhabituel de fraude immobilière et les moyens d'agir ne sont pas traditionnels», selon le chef du parquet spécialisé, Dimitar Petrov. Un des certificats fictifs de mariage avait prétendument été établi en Russie.


«Ce schéma constitue une nouveauté dans la fraude immobilière. Il est plus difficile de vérifier l'authenticité des documents dans un pays n'appartenant pas à l'Union européenne», a expliqué un responsable du ministère de l'Intérieur, Steftcho Bankov. Le réseau s'est trahi lorsqu'un suspect, grimé en femme, a tenté mercredi de retirer 600 000 leva (300 000 euros) dans une banque de Sofia pour acheter un appartement en liquide.

(afp)