France

06 juillet 2018 17:55; Act: 06.07.2018 17:55 Print

Indignation après l'agression d'un couple de policiers

Un homme de 27 ans a été arrêté et placé en garde à vue vendredi matin pour l'agression d'un couple de policiers en dehors de leur service en région parisienne mercredi soir.

storybild

La police relève les indices utiles après l'agression. (Photo: AFP)

Une faute?

Après la révélation de l'affaire jeudi en fin de journée, le président Emmanuel Macron avait rapidement condamné cette agression pour laquelle un deuxième homme, identifié, est toujours recherché, selon une source proche de l'enquête.

Mercredi soir, une brigadière de 35 ans en poste à Aulnay-sous-Bois (nord-est de Paris) et son compagnon, 31 ans, également policier, sortent de chez des amis et installent leur fille de 3 ans dans leur voiture, lorsque deux hommes à bord d'un véhicule les interpellent et commencent à injurier la jeune femme, a relaté une source policière.

«Ils les ont croisés par hasard et ils ont reconnu la policière qui les avait contrôlés à Aulnay-sous-Bois», selon cette même source.

Les agresseurs descendent alors de voiture et donnent un coup de poing au visage de la jeune femme, qui a le bras en attelle depuis un accident du travail. Ils s'attaquent ensuite à son compagnon, qui, tombé au sol, reçoit plusieurs coups de pied.

La policière s'est vu prescrire quatre jours d'interruption de travail, son compagnon quinze. «Pas de mots assez durs pour l'ignominie et la lâcheté des deux voyous qui ont agressé (...) un couple de policiers en dehors de leur service sous les yeux de leur petite fille. Ils seront retrouvés et punis», avait réagi Emmanuel Macron sur Twitter.

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, s'est lui aussi indigné d'une «lâche agression» et d'un «acte ignoble qui ne restera pas impuni». Les deux hommes ont été reconnus par la femme, a ajouté la source policière. L'un, connu notamment pour détention de stupéfiants, avait été contrôlé par la brigadière quelques semaines plus tôt, selon une source proche de l'enquête.

Pour Grégory Goupil, du Syndicat Alliance Police, «on s'attaque encore une fois à des policiers de manière préméditée et ciblée». «Il faut des peines exemplaires», a-t-il réclamé. La classe politique s'est également élevée contre l'agression du couple. «Un acte terrifiant et révoltant» mené par des «barbares», a estimé Eric Ciotti, député Les Républicains (droite). «Épouvantable et abominable», a déploré Benoît Hamon, fondateur du mouvement de gauche Générations.

(nxp/afp)