Etats-Unis

30 mars 2019 11:07; Act: 30.03.2019 16:11 Print

La policière confond son taser avec un vrai pistolet

Lors d'un contrôle routier, un homme noir s'était fait tirer dessus par une agente de police qui a appuyé sur la détente en pensant utiliser son arme paralysante et non son pistolet de service.

Une faute?

Le drame s'est déroulé en mai 2018 dans la ville de Lawrence (Kansas) mais la vidéo de l'incident n'a été diffusée que cette semaine. Les images de la caméra embarquée de la police montrent un contrôle routier ayant très mal tourné. Tout commence par l'arrestation du conducteur d'une grosse berline, un homme noir du nom d'Akira Lewis. La police le soupçonne de conduire sans ceinture de sécurité. La vidéo montre l'agent Ian McCann s'approcher de Lewis pour lui expliquer la raison du contrôle. S'estimant victime d'un délit de faciès, le conducteur a demandé à voir un superviseur.

Le ton monte rapidement jusqu'à ce qu'Akira Lewis refuse de fournir une pièce d'identité. Un second agent, Brindley Blood (à droite), vient prêter main forte à son collègue. Comme Lewis refuse de quitter son véhicule, les deux policiers utilisent la force pour l'en extraire. Ian McCann finit par tirer le conducteur hors de la voiture et les deux commencent à se battre: l'agent de police reçoit même un direct. C'est alors que Brindley Blood entre en scène. Elle sort son arme, croyant qu'il s'agit d'un pistolet paralysant et tire dans le dos du suspect en criant: «Taser, taser, taser.».

Devant les cris de douleurs de Lewis, on entend la jeune femme dire: «Oh merde, je lui ai tiré dessus». Malgré cette bavure, les policiers menottent Lewis qui est ensuite emmené à l'hôpital. Il aura des séquelles toute sa vie à cause de ce tir. L'agente Blood a démissionné de la police en janvier 2019. En milieu de semaine, un juge a classé l'affaire, relève un quotidien local.

(20 minutes)