La Réunion (F)

07 novembre 2019 10:23; Act: 07.11.2019 17:32 Print

Sur un avant-bras arraché, l'alliance de son mari

Disparu depuis samedi, un Ecossais de 44 ans en vacances à La Réunion est toujours introuvable. Mardi, son avant-bras a été retrouvé dans le ventre d'un requin tigre.

Sur ce sujet
Une faute?

Une main portant une bague et un avant-bras ont été trouvés mardi dans l'estomac d'un requin tigre pêché dans l'île de la Réunion. Les restes humains ont été découverts par des scientifiques du centre de sécurité requin (CSR) qui procédaient à l'autopsie de plusieurs squales de plus de trois mètres. Les animaux ont été pêchés lundi et mardi dans le cadre de la recherche en vue de réduire le risque requin à La Réunion. Les techniciens de la police scientifiques ont effectué des prélèvements sur la main et l'avant-bras.

Des tests ADN seront pratiqués pour identifier avec certitude les restes humains. Selon une source proche du dossier, l'épouse d'un touriste écossais porté disparu depuis samedi a formellement reconnu la bague se trouvant sur la main comme étant l'alliance de son mari. Bon nageur, l'homme âgé de 44 ans a disparu alors qu'il se baignait dans le lagon de l'Hermitage (ouest de La Réunion). La mer y est peu profonde et ne présente pas de difficulté particulière à l'exception d’une passe dans la barrière de corail donnant accès à la haute mer.

Noyade ou attaque?

Ne le voyant pas revenir, son épouse restée sur la plage avait donné l'alerte. Un important dispositif avait été mis en place pour retrouver le touriste. En vain. Les recherches étaient toujours en cours mardi lorsque les restes humains ont été découverts dans l'estomac du squale pêché à 7 km du lieu de la disparition du touriste. A ce stade, il n’a pas été déterminé si le quadragénaire s'est noyé et a ensuite été ingéré par le requin tigre ou s'il a été attaqué par l’animal.

Comme le rappelle «Le Parisien», la question des requins de type tigres ou bouledogues est un sujet extrêmement sensible sur l'île de la Réunion. Depuis 2011, une vingtaine d'attaques, dont onze mortelles, y sont survenues. La plus récente date de mai dernier: un jeune homme de 28 ans avait eu une jambe arrachée en faisant du surf. Ces accidents ayant un impact considérable sur le tourisme et l'économie locale, les pouvoirs publics ont mis en place un plan global de réduction du «risque requin». Cette mesure comporte notamment l'interdiction des activités nautiques sur une large partie du littoral et un dispositif de pêche préventive qui fait hurler les défenseurs des animaux.

(joc/afp)