Mort de Maëlys

12 novembre 2019 13:38; Act: 12.11.2019 13:55 Print

Le même soir, il observait une fillette à une autre fête

Quelques heures avant d'enlever et de tuer Maëlys, l'ex-militaire aurait approché une autre enfant, à l'époque âgée de 3 ans, lors d'une fête non loin de là. Ses parents racontent.

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est très dur pour une maman de penser à ce genre de chose. J'en fais des cauchemars.» Elodie* n'oubliera jamais cet après-midi du 26 août 2017. Ce jour-là, quelques heures avant la mort de la petite Maëlys, cette habitante du Pont-de-Beauvoisin (Isère) a rencontré Nordahl L. Et le comportement de l'ex-militaire lui donne, encore aujourd'hui, des sueurs froides, écrit «Le Parisien».

En cette journée de fin août, Elodie fêtait son anniversaire dans son jardin. Avec son compagnon Eric et leur fille Emilie, ils habitent au centre du village, à environ un kilomètre de la salle des fêtes. «Il y avait plusieurs enfants. Dans l'après-midi, on a fait un barbecue dans le jardin. C'était la fête», se souvient la jeune femme. Aux alentours de 17h, Eric a quitté la maison pour aller racheter des bouteilles d'alcool. Accompagné de son-beau-frère, il est alors tombé sur Nordahl L.

«Il était très froid»

Le trentenaire se trouvait dans sa voiture, au téléphone, semblant attendre quelqu'un ou quelque chose. «Je ne l'avais jamais vu. Mais le frère d'Élodie, lui, le connaissait un peu. Il l'a salué. Je lui ai alors proposé de venir boire un coup chez nous. Mais il a décliné l'invitation», raconte Eric. Au début de la soirée, Nordahl L. s'est dirigé vers la salle des fêtes, où se déroulait le mariage auquel étaient invités Maëlys et ses parents.

Étrangement, vers 22h, l'ex-militaire a semble-t-il changé d'avis, et a débarqué à l'anniversaire d'Elodie. L'attitude du trentenaire a rapidement créé un «malaise», se souvient Eric: «Il était très froid. Il fumait cigarette sur cigarette, la mâchoire serrée, le regard fixe. Sans un sourire, alors qu'il était pourtant dans une fête. Il était bizarre», explique-t-il à RTL. La gêne s'est ensuite muée en inquiétude lorsque Nordahl L. a demandé à Elodie si elle était bien la maman d'Emilie, alors qu'il n'était pas censé connaître la petite fille.

«Votre fille est très jolie, gentille et polie»

«Il m'a alors dit: «Votre fille est très jolie, gentille et polie». J'ai alors senti qu'il y avait quelque chose de pas net», raconte la jeune femme, qui souligne qu'à cette époque-là, sa fille âgée de 3 ans et demi était plutôt sauvage et qu'elle ne saluait pas les gens. Sur ses gardes, Elodie n'a plus quitté son enfant des yeux, gardant également un oeil sur Nordahl L. «Il s'en est sans doute aperçu. Et au bout d'un moment, il a fini par quitter la soirée», raconte la Française. Quelques heures plus tard, l'ancien maître-chien enlevait Maëlys et lui ôtait la vie.

Pourquoi ce témoignage, plus de deux ans après le drame? «Si l'on parle aujourd'hui, c'est en pensant aux parents de Maëlys. Et pour montrer que l'on a bien affaire à un prédateur qui ce soir-là était sans doute en chasse», explique Eric. «Cela aurait pu être ma fille», poursuit Elodie, évoquant les deux mises en examen de Nordahl L. pour des agressions sexuelles sur deux de ses petites cousines, âgées de 4 et 6 ans. La police a déjà entendu le témoignage d'Elodie et Eric, marqués à vie par cette rencontre: «À chaque fois que l'on voit la photo de Nordahl L. apparaître à la télé, je repense à cette soirée», conclut la jeune maman.

*Prénoms d'emprunt

(joc)