Ado tué dans un accident

04 février 2011 15:18; Act: 04.02.2011 16:21 Print

La téléphoniste oublie d'alerter les pompiers

L'alarme, d'abord mal aiguillée, a fini par arriver au bon centre d'urgence. Mais l'opératrice n'a pas vérifié les informations fournies lors du premier appel et n'a prévenu que l'ambulance, alors qu'il aurait fallu les pompiers pour désincarcérer la victime.

storybild

Les pompiers n'ont été prévenus qu'une demi-heure après la première alerte et la victime a attendu une heure avant d'être désincarcérée.

Une faute?

Les parents de Justin Luckins, décédé il y a dix-huit mois à l’âge de 17 ans, ont vécu un nouveau drame avec les conclusions de l’enquête menée sur l’accident de voiture qui a coûté la vie à leur fils. Ces Britanniques viennent en effet d’apprendre que l’opératrice du centre d’appels d’urgence avait… oublié de prévenir les pompiers, bien que l’intervention nécessitait une désincarcération, révèle le «Daily Mail». Et que cet oubli était probablement dû au fait qu’elle était en train de terminer son service de 12 heures.

Du coup, ce sont les ambulanciers qui, arrivés sur place, ont dû les appeler, ce qui a retardé d’autant les opérations de secours. Comble du sordide, les parents de Justin, avertis par un camarade de classe, sont arrivés sur les lieux de l’accident avant police, ambulance et pompiers et c’est avec angoisse et impatience qu’ils ont attendu que leur fils soit enfin délivré de l’épave, près d’une heure après le choc.

Le premier téléphone à la centrale d’urgence a eu lieu à 18h36, le 15 août 2009. Mais l’appel, passé depuis un portable, a atterri à la centrale régionale voisine, dont le territoire ne couvre pas le lieu de l’accident. Un second centre a donc été avisé mais, là encore, ce n’était pas le bon. Quand enfin l’alarme est arrivée au bon endroit, l’opératrice n’a pas vérifié le code fourni par ses collègues, qui indiquait que deux personnes étaient prisonnières du véhicule. Selon les déclarations faites aux enquêteurs, la collaboratrice n’a «pas informé la police» de cet accident et la «seule raison» qu’elle pouvait donner est qu’elle était à la fin de sa journée. Les ambulanciers sont arrivés sur les lieux à 19h01 et ont dû attendre les pompiers jusqu’à 19h25.

Si le personnel médical d’urgence a dit que son travail aurait été facilité, et peut-être plus efficace, si Justin avait été délivré de la carcasse de sa voiture plus rapidement, le médecin-légiste a estimé pour sa part que la cause du décès du jeune homme, deux jours après l’accident, était «une erreur de jugement dans un virage, due à l’inexpérience du pilote et à sa méconnaissance du lieu de l’accident». L’autopsie a montré que c’est une grave blessure à la tête qui a été fatale au jeune homme. Et le médecin-légiste a ajouté qu’il ne pensait pas que le retard de l’intervention ait contribué au décès.

Pour les enquêteurs, la mort de Justin est dû à une cause accidentelle. Les parents de l’adolescent se sont dits dégoûtés par ces conclusions.

(jfz)