Nice (F)

12 octobre 2019 18:06; Act: 12.10.2019 18:06 Print

Le «héros de l'attentat» a voulu mettre fin à ses jours

L'homme qui avait tenté d'arrêter le camion meurtrier sur la promenade des Anglais, le 14 juillet 2016, ne se serait pas remis de cette nuit d'horreur.

storybild

Image d'illustration (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Tout un quartier de Nice a retenu son souffle aux alentours de midi, jeudi 10 octobre. Les forces de l'ordre ont été forcées de le boucler afin de gérer la tentative de suicide d'un homme retranché chez lui. Selon divers médias français, il s'agirait de Franck, le «héros» de l'attentat de Nice, qui avait tenté de stopper le camion meurtrier avec son scooter sur la promenade des Anglais, le 14 juillet 2016.

«Plusieurs équipages, dont la BAC, ont tenté de prendre contact pour raisonner la personne retranchée. Ce qui n'a pas été possible», a expliqué le service de communication de la police nationale à 20 minutes.fr. C'est à ce moment-là que le Raid est intervenu et a pu le maîtriser, aux alentours de 13h40. Pris en charge par les secours, Franck a été hospitalisé.

Un fardeau à vie

Christian Estrosi, qui a participé aux négociations pour lui sauver la vie, a affirmé: «C'est sans doute une victime non-comptabilisée et peut-être l'une des plus importantes victimes survivantes, tant le traumatisme est grand. Il ne mérite pas de porter cette souffrance tout au long de sa vie.»

Décoré de la Légion d'honneur le 14 juillet 2017, un an jour pour jour après le drame, ce père de famille ne s'est jamais remis de ce jour noir, qui a coûté la vie à 86 personnes et fait 458 blessés. «J'ai en tête les images des corps qui volaient de partout. J'ai tout de suite compris, avait-il confié à Nice-Matin, juste après l'attaque. «J'ai alors décidé d'accélérer. Ma femme, derrière moi, me tirait le bras et me demandait où j'allais. Je me suis arrêté. Je lui ai dit: 'Dégage!' Et j'ai accéléré à fond.»

(szu)