Incendie à Paris

06 février 2019 14:08; Act: 06.02.2019 14:31 Print

Les pompiers fouillent encore l'immeuble

Les fouilles se poursuivent au 7e et 8e étage de l'immeuble incendié à Paris où dix personnes ont perdu la vie. Une messe va être organisée ce mercredi à 18h.

Voir le diaporama en grand »
La suspecte a été mise en examen vendredi dans la soirée et placée en détention provisoire. (Samedi 9 février 2019) La garde à vue de la suspecte est levée. Celle-ci va être présentée à un juge. (8 février 2019) Au lendemain de la tragédie qui a coûté la vie à 10 personnes, les pompiers poursuivent leurs recherches ce mercredi 6 février 2019. Au moins dix personnes sont mortes et 37 autres ont été blessées dans un incendie qui a ravagé un immeuble d'habitation du 16e arrondissement de Paris dans la nuit de lundi à mardi. (5 février 2019) L'incendie qui a ravagé un immeuble à Paris a fait au moins 10 morts. (6 février 2019) Huit personnes sont mortes dans l'incendie d'un immeuble à Paris dans la nuit de lundi à mardi. (5 février 2019) Le feu, qui s'est déclenché pour une raison encore indéterminée, a également fait 27 blessés légers, dont trois pompiers. Le sinistre a débuté vers 01h00 du matin (00h00 GMT) selon les pompiers qui évoquent une «scène d'une incroyable violence». Certains habitants de cet immeuble des années 70 comptant huit étages se sont réfugiés sur les toits pour échapper aux flammes, alors que de nombreux résidents ont appelé au secours depuis leurs fenêtres. «Nous avons dû procéder à de nombreux sauvetages, notamment de certaines personnes qui s'étaient réfugiées sur les toits», a indiqué à l'AFP le capitaine Cognon. «Une trentaine de personnes ont été évacuées sur les échelles», a-t-il précisé. Deux immeubles adjacents ont également été évacués par mesure de précaution. Vers 05h00 (04h00 GMT), les 200 pompiers déployés sur place étaient toujours en train d'éteindre le feu et de prendre en charge les blessés. Plusieurs rues de ce quartier chic de Paris, situé à la lisière du Bois de Boulogne, étaient bloquées par la police et par les pompiers.

Une faute?

Au lendemain de l'incendie d'un immeuble qui a fait dix morts à Paris, le profil psychiatrique de la principale suspecte, une habitante des lieux encore récemment internée, est au centre des interrogations, tandis que les opérations des pompiers se poursuivent.

Cette quadragénaire, interpellée «immédiatement après l'incendie», l'un des plus meurtriers dans la capitale depuis près de 14 ans, avait été placée en garde à vue mardi matin, avant d'être conduite à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police en fin de journée.

Unique en France, cette structure, surnommée l'«I3P», accueille des personnes présentant à la fois un «danger imminent pour la sureté des personnes» et «des troubles mentaux manifestes».

Internée une dizaine de fois, elle venait fin janvier de sortir de l'hôpital psychiatrique de Saint-Anne à Paris, a indiqué une source proche à l'AFP.

«Vol précédé de dégradations»

L'habitante avait été «arrêtée en état d'alcoolémie alors qu'elle tentait de mettre le feu à une voiture», d'après une source policière.

En conflit récurrent avec son voisin pompier, elle s'était disputée avec lui dans la soirée et la police s'était déplacée pour un trouble de voisinage, a indiqué une autre source policière.

Ses antécédents judiciaires font apparaître trois procédures où elle a été mise en cause, sans jamais être condamnée.

Deux d'entre elles furent classées sans suite en 2016, en raison d'un «état mental déficient», selon une source judiciaire, l'une pour un «vol précédé de dégradations» et l'autre pour des violences.

Selon une autre source proche du dossier, les dégradations en question seraient liées à un départ de feu.

Par ailleurs, en 2017, une autre procédure pour «violences conjugales» avait été classée sans suite car l'infraction était insuffisamment caractérisée.

«Meilleure compréhension des voisins»

Dans le cossu XVIe arrondissement de Paris où l'incendie a ravagé l'immeuble entier, les opérations de police et d'urgence ne sont toujours pas terminées. Une vingtaine de pompiers, encore sur place, maintiennent «un dispositif de surveillance», avec observation et rondes.

«Il faut continuer les fouilles au 7e et 8e étage, s'assurer que le bilan ne puisse plus évoluer, s'en assurer à 100%», détaille le capitaine Guillaume Fresse, porte-parole des pompiers de Paris.

«On n'est pas à l'abri d'une reprise de feu», ajoute-t-il, précisant que des opérations de déblayage sont en cours pour retirer «tout ce qui a été rongé par les flammes, des éléments qui ont brûlé, et qui sont encore chauds».

La mairie de Paris a annoncé sur son site internet que des architectes de sécurité de la préfecture de police avaient «expertisé l'immeuble» et avaient conclu qu'il existait «un danger grave et imminent pour les occupants». Un arrêté municipal a donc été pris, avec une interdiction d'occuper, notamment «la totalité du bâtiment arrière de l'immeuble», là où le feu s'est déclaré, ainsi que les sous-sols.

Le cordon de sécurité, installé à une trentaine de mètres du 17 bis, ne laissait passer mercredi matin que les riverains et les parents qui amenaient leurs enfants à l'école Notre-Dame des Oiseaux.

Livre d'or dans l'église

Claudine habite au 19, juste à côté : «On se dit qu'on a eu de la chance», explique-t-elle, sac de voyage à la main. Elle décrit une nuit «vraiment horrible»: «Je suis allée chez une voisine. De chez elle, on voyait les flammes on entendait les cris...»

«Pendant l'incendie, ils nous ont parqués dans le hall. Hier, on avait pas d'électricité, pas d'eau. Donc on est allé dormir chez des voisins, et là je rentre», explique-t-elle, avant de tendre sa carte d'identité au policier, qui la laisse passer.

A quelques 200 mètres de là, l'église catholique Saint-François-de-Molitor. Sur la porte, une affichette «Messe pour les victimes de la rue Erlanger le mercredi 6 février à 18h».

Dans l'église, le livre d'or où une demi-douzaine de personnes ont écrit des messages en hommage aux victimes, dont celui-ci : «Pitié et amour pour les victimes de cette nuit et une meilleure compréhension de ses voisins». La signature est illisible.

(nxp/afp)