Avalanche à Bourg-St-Pierre

27 mars 2011 15:37; Act: 27.03.2011 18:16 Print

Les secours renoncent aux recherches

Le responsable des secours avait prévenu dimanche matin que les opérations dépendaient de la météo et des dangers pour ses équipes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Une avalanche intervenue samedi dans la région du Grand-St-Bernard près de Bourg-St-Pierre (VS) a fait quatre tués et cinq blessés. Une personne est rescapée et une femme est toujours portée disparue. Les recherches n'ont pas pu se poursuivre dimanche en raison du risque d'une nouvelle coulée.

Dimanche matin, un hélicoptère a procédé au minage de la zone afin de sécuriser les pentes. Plusieurs coulées sont parties, dont une à l'endroit même du drame. Les 20 mètres de neige accumulés ne permettent plus de sonder le terrain, a indiqué la police valaisanne.

La situation sera réévaluée à intervalles réguliers pour une éventuelle reprise des recherches. Mais il n'y a malheureusement plus de chance de survie pour la femme toujours ensevelie. Comme une autre membre du groupe décédée samedi au CHUV, elle n'a pas formellement été identifiée.

Les quatre personnes retrouvées et décédées dans l'avalanche sont trois femmes, dont deux sont âgées de 57 et 65 ans, et un homme de 64 ans. Les blessés, une femme de 62 ans et quatre hommes de 39, 45, 54 et 55 ans, sont toujours hospitalisés dans les hôpitaux de Sion et Martigny.

Trois d'entre eux sont grièvement touchés. Et pour l'un d'eux, en soins intensifs, le pronostic reste réservé.

Itinéraire particulier

Parti de Bourg-St-Pierre, le groupe s'est engagé sur un itinéraire rarement emprunté. Le couloir est très pentu et ne présente aucune possibilité d'échappatoire, a précisé la police.

L'enquête devra montrer pourquoi ces membres «expérimentés» du club alpin de Cluses, en France voisine (Haute-Savoie), se sont engagés dans un tel goulet. Et pourquoi tous ensemble, alors que le respect d'une distance entre eux aurait été fort indiqué.

«Ce sont des cadres du club, qui s'occupaient des activités raquettes et ski de randonnée. Ils allaient faire une reconnaissance de terrain pour pouvoir ensuite proposer des activités pour le club», a indiqué à l'AFP Georges Elzière, président de la Fédération française des clubs alpins. «Ces gens connaissaient parfaitement la montagne, ce ne sont pas du tout des débutants», a-t-il aussi dit.

Munis de DVA

Les onze randonneurs ont été emportés par une coulée de 40 mètres de large sur 300 mètres de long alors qu'ils se trouvaient dans les pentes ouest de la Croix de Tsousse, à 2000 mètres d'altitude environ.

Neuf membres du groupe se déplaçaient en raquettes et deux en ski de randonnée. Contrairement à ce qui avait été affirmé dans un premier temps, aucun guide de haute-montagne ne les encadrait. Ils étaient équipés de détecteurs de victimes d'avalanche (DVA), ce qui a grandement facilité leur localisation.

Morts par asphyxie

L'alerte a été donnée à 12h36 par une rescapée du groupe. Manifestement affolée et ne connaissant pas bien la région, cette femme de 38 ans n'a pas pu donner de renseignements précis aux secours qui ont eu de la peine à localiser le lieu du drame.

Deux personnes avaient déjà réussi à s'extraire de la masse neigeuse lorsque les secours sont arrivés. Les blessés, retrouvés sous en moyenne 80 à 150 cm d'une neige très lourde et compacte, ont souffert du manque d'oxygène et d'hypothermie. Ils ont été héliportés dans les hôpitaux de Sion et Martigny.

Les personnes décédées l'ont été probablement par asphyxie, ont indiqué les médecins qui ont participé au sauvetage. Dix hélicoptères, trois ambulances, vingt guides sauveteurs, huit conducteurs de chiens-d'avalanche, huit médecins et la police valaisanne ont été mobilisés samedi. Dimanche, deux hélicoptères, trois guides sauveteurs, Météorisk et la police constituaient le dispositif engagé.

Risque marqué

Les conditions neigeuses sont celles du printemps, avec une neige instable. Le danger d'avalanches est de 3 sur une échelle de 5, soit un risque marqué, a précisé Robert Bolognesi, nivologue et directeur de Météorisk.

C'est la cinquième avalanche meurtrière en Valais ces trois dernières semaines, a affirmé la police. En tout, ces cinq coulées ont fait pour l'heure dix tués.

(ap/afp)