Plongée en Méditerranée

23 juin 2011 09:43; Act: 23.06.2011 09:59 Print

Neuf morts en cinq mois en France

Deux nouvelles victimes sont décédées sur la façade méditerranéenne dans des accidents de plongée.

Une faute?

, a-t-on appris jeudi auprès de la préfecture maritime de Méditerranée.
Le corps inanimé d'un Belge de 74 ans a été retrouvé mercredi dans la calanque de Port-Pin, à Cassis (Bouches-du-Rhône), par un plaisancier. La victime effectuait une plongée avec un autre homme de 61 ans à une quarantaine de mètres de profondeur. Le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage en Méditerranée (Crossmed) de La Garde (Var) avait été aussitôt alerté.

Un second plongeur a été retrouvé mercredi en arrêt cardio-ventilatoire. Il venait d'effectuer une plongée sur l'épave du «Donator», un cargo ayant coulé par 50 mètres de fond après avoir heurté une mine en 1945, au large de l'île de Porquerolles (Var).

Ces accidents portent à cinq le nombre de morts en quelques jours sur la façade méditerranéenne. Le week-end dernier, trois autres hommes avaient aussi trouvé la mort: deux lors d'une plongée sur une épave dans la rade de Marseille près de L'Estaque, un troisième au large de Villefranche-sur-Mer (Alpes-Maritimes).

Au total, neuf personnes sont décédées depuis le 1er janvier dernier lors d'accidents de plongée, contre onze l'année dernière et huit en 2009, selon la préfecture maritime de la Méditerranée. Plus de cinquante opérations de secours ont déjà été menées cette année. Le profil de l'accidenté en plongée est un homme de 47 ans et une femme de 43 ans. En 2010, 24 morts et cinq disparus avaient été recensés en Méditerranée, dont les deux tiers liés aux activités de baignade et de plongée.

«La mer est un espace de liberté, mais aussi de responsabilité», a déclaré le préfet maritime de Méditerranée, Yann Tainguy, le 8 juin dernier, à l'occasion de la présentation de la campagne de prévention des risques nautiques, à Toulon (Var). «Dans 50% des cas, on n'a pas affaire à des accidents de plongée, mais à un problème de condition physique des personnes», avait précisé Eric Lefevre, le directeur du Crossmed.

(ap)