Bordeaux

02 mai 2012 09:19; Act: 02.05.2012 09:29 Print

Noyades de fêtards à répétition

Une série sans précédent de drames liés à l’alcool suscite une vive émotion et des rumeurs sur les abords de la Garonne.

storybild

Julien, disparu samedi, serait tombé dans un fleuve.

Une faute?

Cinq disparitions de jeunes hommes en dix mois – le phénomène prend des proportions inquiétantes dans la grande ville du Sud-Ouest. A chaque fois, le même scénario semble se répéter: une virée entre copains qui se prolonge jusque tard dans la nuit, et un corps sans vie retrouvé le lendemain.

Dernier cas en date, celui de Julien, 25 ans. Il était sorti fêter une proposition d’emploi dans la nuit de vendredi à samedi. Quand les amis de ce jeune croupier lui avaient dit au revoir, non loin de la Garonne, le jeune était en état d’ébriété avancée. Il n’a pas encore été retrouvé, malgré un important dispositif de recherche et des affichettes collées un peu partout dans les rues.

Cette série noire a fait craindre à beaucoup de Bordelais l’action d’un déséquilibré. D’autant qu’une succession de drames similaires s’est pro¬duite à Lille (nord) cet hiver. A quatre reprises, des étudiants se sont noyés après des fêtes alcoolisées. Mais les enquêtes ont finalement conclu à des accidents dus à l’ivresse. Ce serait également le cas à Bordeaux, où des témoins auraient vu les victimes tituber à proximité du fleuve.

Les autorités étaient empruntées quant à la réponse à apporter à ces faits divers tragiques. Faute de mieux, la préfecture a annoncé hier qu’un arrêté limiterait l’ouverture des épiceries vendant des boissons à emporter. Elles fermeront désormais à minuit, et non plus à 2 h du matin. Le maire de la ville, Alain Juppé, a prévenu qu’il soumettrait tous ces commerces à des «contrôles renforcés».

(arg)