États-Unis

09 mars 2020 13:35; Act: 09.03.2020 15:06 Print

Persuadée que sa fille est un clone, elle la décapite

Une jeune femme de 27 ans a été condamnée à perpétuité pour le meurtre de son enfant de 5 ans. «Je l'ai tuée parce qu'elle réclamait des céréales», a-t-elle expliqué.

Une faute?

«Je suis dans cette branche du métier depuis plus de 43 ans. C'est l'un des pires cas que j'ai vus et que j'ai eus à gérer.» Shérif du comté de Hays, Gary Cutler restera à jamais marqué par l'effroyable histoire de la petite Giovanna Hernandez, 5 ans. Jeudi dernier, sa mère a été condamnée à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle

Retour au 5 janvier 2017, à Kyle (Texas). Un homme appelle la police après avoir fui la maison de Krystle Villanueva, sa belle-fille. Il explique que la jeune femme de 24 ans l'a attaqué par derrière, et qu'elle l'a poignardé dans le dos et dans la tête. L'individu ajoute qu'il s'est enfui mais que Krystle est encore dans l'habitation avec sa propre fille. Craignant une potentielle prise d'otage, la police débarque avec une équipe du SWAT et des négociateurs.

«Poignardée à mort et décapitée»

Ce déploiement est malheureusement resté vain: depuis l'intérieur de sa maison, la jeune femme téléphone aux urgences pour annoncer qu'elle vient de tuer sa fille «parce qu'elle réclamait des céréales». Les policiers forcent l'entrée. Ils se retrouvent face à Krystle, qui vient de prendre une douche et qui est nue dans sa chambre. Ils découvrent ensuite le corps de la petite Giovanna, qui avait été «poignardée à mort et décapitée», explique le communiqué du procureur du comté de Hays.

Le procès de Krystle Villanueva s'est tenu ces deux dernières semaines. Tout au long des audiences, la défense de la jeune femme a tenté de convaincre le jury de reconnaître l'accusée non coupable en raison de sa folie. «Mme Villanueva a affirmé qu'au moment des attaques, elle croyait de manière délirante que sa fille et son beau-père avaient été remplacés par des clones et qu'il fallait les tuer pour ramener les vrais membres de sa famille», peut-on lire dans le communiqué. Pas convaincu, le jury a reconnu l'accusée coupable de meurtre d'un enfant de moins de 10 ans.

«Un cas comme celui-ci laisse une cicatrice inoubliable sur toutes les personnes impliquées, en particulier la famille de l'enfant», a réagi Wes Mau, procureur de la cour criminelle du comté de Hays.

(joc)