Braquage

11 janvier 2016 20:00; Act: 12.01.2016 11:02 Print

Procès d'un «Pink Panther» à Monaco

Un membre présumé du gang international a reconnu, au premier jour de son procès à Monaco, le vol à main armée commis en 2007.

storybild

Vue de la Principauté de Monaco. (Photo: DR/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

L'homme est accusé d'avoir dérobé 32 montres de luxe neuves Audemars Piguet, lors d'un braquage en 2007 à Monaco.

Le Monténégrin, âgé de 42 ans, est jugé sans son complice présumé du casse, un compatriote actuellement emprisonné en France et considéré comme un probable leader des «Pink Panthers».

Le butin de ce hold-up, commis sous la menace d'une arme en juin 2007, avait été estimé à plus de 460'000 euros. Le vol avait été perpétré à midi chez un joaillier situé dans une luxueuse galerie marchande de Monaco.

Les braqueurs avaient pris la fuite dans une voiture volée, retrouvée un mois plus tard non loin de Monaco, avec à son bord un pistolet automatique, un téléphone portable et des vêtements.

Les deux hommes avaient été arrêtés en mai 2009 à Paris. Ils faisaient l'objet de plusieurs mandats d'arrêt internationaux, notamment suisse, monégasque et monténégrin. Les enquêteurs leur imputaient des braquages à Monaco, en France et en Allemagne, ainsi qu'à Lausanne et Genève.

Montres revendues à Milan

A la lecture lundi de l'acte d'accusation, le suspect a reconnu les faits à Monaco, précisant que les montres avaient été revendues à Milan pour «200'000 euros». «Les Pink Panthers, je ne connais pas, ça n'existe pas, je n'ai pas de chef, pas de tatouage», a cependant ajouté le Monténégrin, déjà condamné à trois peines de prison ferme en France.

Le gang international dit des «Pink Panthers», auquel on attribue une centaine de braquages de bijouteries dans le monde, est un groupe à géométrie variable de criminels originaires d'ex-Yougoslavie, qui ont le même mode opératoire.

Le surnom de «Pink Panthers» a été inventé par les policiers anglais à la suite d'un braquage de plusieurs millions d'euros perpétré à Londres. Un diamant volé avait été dissimulé dans une crème de beauté comme dans l'un des films à succès de la série «La panthère rose» («Pink Panther») de l'Américain Blake Edwards.

(nxp/ats)